Sébastien Courcelle

1815 - 1903

Informations générales
  • Né le 6 juillet 1815 à Vesoul (Haute-Saône - France)
  • Décédé le 8 juin 1903 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Haute-Saône
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant à l'Assemblée nationale de 1871, né à Vesoul (Haute-Saône), le 6 juillet 1815, il était banquier dans cette ville.

Il n'avait pas d'antécédents politiques, quand le département de la Haute-Saône, le nomma (8 février 1871) représentant à l'Assemblée nationale, le 6e et dernier, par 16,054 voix (34,563 votants, 93,897 inscrits). Il fit d'abord partie de la réunion Feray (républicains conservateurs), et passa ensuite au centre droit. En novembre 1873, M. Courcelle déposa une proposition tendant à interdire toute élection partielle dans les départements dont un quart de la députation ne serait pas vacant. La motion était vraisemblablement inspirée par le désir de mettre un terme aux succès obtenus par le parti républicain dans les scrutins complémentaires qui avaient été ouverts depuis le 8 février. On pouvait la croire oubliée, quand le rapporteur, M. A. Giraud, la remit sur le tapis : elle fut adoptée, le 13 mai 1875, mais complètement transformée, en raison de la proximité de la dissolution. Ce fut le seul acte parlementaire du représentant de la Haute-Saône, qui se borna, d'autre part, à voter avec le centre droit :

- pour la paix,
- pour les prières publiques,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- contre le retour de l'Assemblée à Paris,
- pour le pouvoir constituant,
- pour la démission de Thiers au 24 mai,
- pour le septennat,
- pour l'état de siège,
- pour la loi des maires,
- pour le ministère de Broglie,
- contre les amendements Wallon et Pascal Duprat.

Il se rallia à l'ensemble des lois constitutionnelles.

Il échoua aux élections législatives de 1876, dans l'arrondissement de Vesoul, avec 11,666 voix conservatrices, contre 12,229 accordées à l'élu républicain, M. Noirot.

Il est décédé à Paris le 8 juin 1903.

Date de mise à jour: juillet 2017


Retour haut de page