Joseph, Charles, Maurice Mathieu de la Redorte

1803 - 1886

Informations générales
  • Né le 20 mars 1803 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 21 janvier 1886 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Aude
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Aude
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 17 juillet 1840
Département
Aude
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 18 juillet 1840 au 12 juin 1842
Département
Aude
Groupe
opposition libérale
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Aude
Groupe
Droite
Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Aude
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1834 à 1841, pair de France, représentant du peuple en 1849 et en 1871, né à Paris le 20 mars 1803, mort à Paris le 21 janvier 1886, fils de David Maurice Joseph Mathieu de la Redorte qui fut pair de France, il entra à l'Ecole polytechnique, en sortit dans l'artillerie, fit la campagne de Morée à la suite de laquelle il reçut la croix de la Légion d'honneur, et devint, en 1833, officier d'ordonnance du duc d'Orléans, avec le grade de capitaine.

Il donna, peu de temps après, sa démission pour s'occuper de politique active, et fut successivement élu député du 2e collège de l'Aude (Carcassonne) :

- le 21 juin 1834, par 185 voix (328 votants, 441 inscrits), contre 112 à M. Fargues;
- le 4 novembre 1837, par 324 voix (356 votants, 492 inscrits) ;
- le 2 mars 1839, par 328 voix (351 votants).

Il vota en général avec l'opposition libérale, combattit la loi d'apanage et le ministère Molé, et fit partie de la coalition. Nommé ambassadeur à Madrid par le cabinet du 1er mars (Thiers), il dut se représenter devant ses électeurs qui lui renouvelèrent son mandat, le 18 juillet 1840, par 207 voix (323 votants).

Le roi l'éleva à la pairie le 20 juillet 1841. Après les journées de février, le comte Mathieu de la Redorte ne se présenta pas à l'Assemblée constituante ; mais il fut élu, le 13 mai 1849, représentant de l'Aude à l'Assemblée législative, le 1er sur 6, par 37 697 voix (70 434 votants, 88 291 inscrits). Il vota presque constamment avec la droite, sans hostilité contre la politique de l'Elysée.

Rentré dans la vie privée après le coup d'Etat du 2 décembre, il ne reparut sur la scène politique qu'après la guerre de 1870 ; élu, le février 1871, représentant de l'Aude à l'Assemblée nationale, le 6e et dernier, par 25 277 voix (54 560 votants, 92 276 inscrits), il prit place au centre droit, vota:

- pour la paix,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour la démission de M. Thiers,
- pour le septennat,
- pour le ministère de Broglie,
- pour la pétition des évêques,
- contre le service militaire de trois ans,
- contre l'amendement Wallon,
- contre les lois constitutionnelles.

Il ne fit pas partie d'autres assemblées.


Retour haut de page