Jean-François, Paul, Fortuné Maure

1796 - 1880

Informations générales
  • Né le 12 octobre 1796 à Saint-césaire (Alpes-Maritimes - France)
  • Décédé le 23 août 1880 à Saint-césaire (Alpes-Maritimes - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Var
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Var
Groupe
Droite monarchiste
Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 2 juillet 1871 au 7 mars 1876
Département
Alpes-Maritimes
Groupe
Centre gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1846 à 1848, représentant en 1849 et en 1871, né à Saint-Césaire (Alpes-Maritimes) le 12 octobre 1796, mort à Saint-Césaire le 23 août 1880, il étudia la médecine et l'exerça à Saint-Césaire.

Elu, le 1er août 1846, député du 4e collège du Var (Grasse), par 301 voix (301 votants, 387 inscrits), il siégea dans la majorité conservatrice jusqu'en 1848.

Après février, M. Maure, toujours en qualité de candidat conservateur, fut envoyé, le 13 mai 1849, comme représentant du Var à l'Assemblée législative, le 4e sur 7, par 27,542 voix (101,516 inscrits). Il opina généralement avec la majorité monarchiste, mais ne fit pas adhésion à la politique particulière de l'Elysée, et protesta contre le coup d'Etat du 2 décembre 1851.

Sous l'Empire, il fut, le 1er juin 1863, candidat de l'opposition au Corps législatif dans la 2e circonscription des Alpes-Maritimes, où il échoua avec 6,174 voix contre 11,954 à l'élu officiel, M. Masséna, duc de Rivoli.

Il ne rentra dans la vie parlementaire qu'aux élections complémentaires de l'Assemblée nationale, le 2 juillet 1871 : il s'agissait de pourvoir au remplacement de Garibaldi démissionnaire, et de Marc-Dufraisse, qui avait opté pour la Seine. M. Maure, rallié à la République, fut élu, le 1er sur 2, représentant des Alpes-Maritimes, par 15,868 voix (30,319 votants, 57,858 inscrits). Le 8 octobre suivant, il fut nommé conseiller général du département pour le canton de Saint-Vallier. A l'Assemblée, M. Maure vota avec les républicains modérés: pour le gouvernement de Thiers, contre sa chute au 24 mai ; contre le septennat, la loi des maires, l'état de siège, le ministère de Broglie, pour l'amendement Wallon, et pour l'ensemble de la Constitution. Il ne fit pas partie d'autres assemblées.

Nommé au Conseil général du Var en 1832, il siègea dans cette assemblée, qu'il présida en 1848, jusqu'à sa démission en 1852. Membre du Conseil général des Alpes Maritimes de 1861 jusqu'à sa mort, il en fut le président de 1870 à 1874.

Fait chevalier de la Légion d'honneur le 19 février 1840, il en est devenu officier le 15 août 1867 et commandeur le 6 février 1877.

Date de mise à jour: septembre 2014





Retour haut de page