Antoine, Joseph Viox

1803 - 1874

Informations générales
  • Né le 16 mars 1803 à Lunéville (Meurthe - France)
  • Décédé le 27 juin 1874 à Versailles (Yvelines - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Meurthe
Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 27 juin 1874
Département
Meurthe-et-Moselle
Groupe
Gauche républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848 et en 1871, né à Lunéville (Meurthe) le 16 mars 1803, mort à Versailles (Seine-et-Oise) le 27 juin 1874, propriétaire, conseiller municipal de sa ville natale, il s'occupa principalement d'instruction populaire, présida une conférence pour les instituteurs, et fut secrétaire du comité supérieur d'instruction publique de son arrondissement.

N'ayant accepté aucune fonction salariée du gouvernement de Louis-Philippe, et connu pour ses idées libérales, il devint, en 1848, sous-commissaire du gouvernement provisoire dans l'arrondissement de Lunéville, et fut élu, le 23 avril 1848, représentant de la Meurthe à l'Assemblée constituante, le 7e sur 11, par 70 845 voix (100 120 votants) ; il fit partie du comité de l'instruction publique, vota avec la gauche :

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- contre les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière.

Il prit ensuite un long congé et se prononça, à son retour :
- contre la proposition Rateau,
- contre l'interdiction des clubs,
- contre l'expédition de Rome,
- pour la demande de mise en accusation du président et des ministres.

Très hostile à la politique de l'Elysée, il ne fut pas réélu à la Législative, et vécut fort retiré sous l'Empire.

En 1869, le parti libéral le choisit comme candidat au Corps législatif ; mais il échoua, le 24 mai, dans la 2e circonscription de la Meurthe, avec 15 102 voix, contre 15 455 à l'élu, M. Buquet, député sortant et candidat du gouvernement.

Après les désastres de 1870, il fut élu, le 8 février 1871, représentant de la Meurthe à l'Assemblée nationale, le 2e sur 8, par 56 013 voix (83 223 votants, 120 231 inscrits) ; il vota :

- contre la paix,
- contre l'abrogation des lois d'exil,
- contre la pétition des évêques,
- contre la démission de Thiers,
- contre le septennat.

Il mourut au cours de la législature.