Ernest, André, Marie, Constant Hébert

1810 - 1898

Informations générales
  • Né le 21 avril 1810 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 22 juillet 1898 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Aisne
Groupe
Droite
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 29 mai 1857
Département
Aisne
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIe législature
Mandat
Du 21 juin 1857 au 7 mai 1863
Département
Aisne
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 31 mai 1863 au 27 avril 1869
Département
Aisne
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Aisne
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1849, député au Corps législatif de 1852 à 1870, né à Paris le 21 avril 1810, il appartenait à une famille de magistrats de l'ordre judiciaire et municipal.

Il étudia le droit, fut reçu avocat et s'inscrivit au barreau de Paris. Le 31 mars 1838, il entra dans l'administration comme conseiller de préfecture de l'Aisne; l'année suivante il fut promu, dans le même département, secrétaire général de la préfecture.

La révolution de février le rendit momentanément à la vie privée; mais il aborda bientôt la carrière parlementaire. Propriétaire à Chauny (Aisne) et maire de la commune, il fut, le 13 mai 1849, élu, le 9e sur 12, représentant de ce département à l'Assemblée législative, par 57,513 voix (112,795 votants, 160,698 inscrits). Il siégea à droite et vota constamment avec la majorité conservatrice et monarchiste:

- pour l'expédition romaine,
- pour les poursuites contre les représentants compromis dans l'affaire du 13 juin,
- pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement,
- pour la loi du 31 mai sur le suffrage universel, etc.

Partisan zélé de la politique du prince président, M. Hébert applaudit au coup d'Etat du 2 décembre 1851, fut inscrit, le lendemain, sur la liste des membres de la Commission consultative, et entra, le 29 février 1852, au Corps législatif, ayant été élu, comme candidat du gouvernement, député de la 1re circonscription de l'Aisne, par 22,848 voix (24,618 votants, 39,768 inscrits). Il prit part au rétablissement de l'Empire, et opina régulièrement avec la majorité dynastique.

Il obtint sa réélection, toujours comme candidat officiel:

- le 22 juin 1857, par 25,638 voix (26,392 votants, 38,551 inscrits);
- le 1er juin 1863, par 30,415 voix (31,500 votants, 39,388 inscrits),
- et, le 24 mai 1869, par 20,140 voix (34,320 votants, 39,287 inscrits), contre 8,041 voix à M. Aimé Leroux, 5,060 à M. Houssaye et 949 à M. Binet-Blot.

Il vota pour la déclaration de guerre à la Prusse et rentra dans la vie privée au 4 septembre 1870. Conseiller général de l'Aisne pour le canton de Chauny, il essaya de reprendre place au parlement lors des élections législatives du 20 février 1876 ; mais il échoua, dans la 2e circonscription de l'arrondissement de Laon, avec 6,906 voix. Commandeur de la Légion d'honneur du 14 août 1868.

Date de mise à jour: novembre 2016