Paul, François Dupont

1796 - 1879

Informations générales
  • Né le 24 février 1796 à Périgueux (Dordogne - France)
  • Décédé le 11 décembre 1879 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 29 mai 1857
Département
Dordogne
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIe législature
Mandat
Du 21 juin 1857 au 7 mai 1863
Département
Dordogne
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 31 mai 1863 au 27 avril 1869
Département
Dordogne
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Dordogne
Groupe
Centre droit

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 30 janvier 1876 au 11 décembre 1879

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de 1852 à 1870, sénateur de 1876 à 1879, né à Périgueux (Dordogne) le 24 février 1796, mort à Paris le 11 décembre 1879, il était le frère d'Auguste Dupont (V. ce nom) représentant à la Constituante.

Issu d'une ancienne famille d'imprimeurs de Périgueux il fit ses études typographiques à Paris, chez Firmin-Didot père, et devint, en 1815, le chef d'une imprimerie considérable, consacrée particulièrement aux travaux administratifs. Malgré de grandes difficultés éprouvées les premières années, il parvint, en 1830, à racheter l'établissement dont le « brevet » lui avait été retiré en 1820; il donna alors une nouvelle impulsion à son industrie. M. Paul Dupont constitua dans ses ateliers une société de secours mutuels, accorda à son personnel une participation dans les bénéfices, et fut un des premiers à employer les femmes à la composition : cette innovation détermina même, en 1862, une grève de ses ouvriers qui dura assez longtemps.

Le rôle politique de M. P. Dupont prit naissance peu de temps après la fin tragique de son frère. « C'est un cercueil, disait un biographe, qui a fait son élection. » En effet, il fut élu, comme candidat officiel, le 29 février 1852, député de la 1re circonscription de la Dordogne au Corps législatif, par 21,272 voix (22,262 votants, 40,395 inscrits). Il adhéra au rétablissement de l'Empire, et compta, jusqu'à la fin du règne de Napoléon III, parmi les plus zélés serviteurs du pouvoir. Successivement il fut réélu :

- le 22 juin 1857, par 19,601 voix (23,048 votants, 37,592 inscrits), contre 3,320 à M. Villemonte;
- le 1er juin 1863, par 14,570 voix (26,780 votants, 39,682 inscrits), contre 4,690 à M. Bugeaud, 3,047 à M. Maigne, 2,695 à M. Prévost-Paradol, 1,129 à M. Aug. Mie et 347 à M. de Valbrune,
- et le 24 mai 1869, par 22,339 voix (33,568 votants, 42,400 inscrits), contre 10,866 à M. Chavoix, ancien représentant, et 213 à M. Feytaud.

Il prit part à tous les votes de la majorité dynastique du Corps législatif, et se prononça, en 1870, pour la déclaration de guerre à la Prusse. Il prit plusieurs fois la parole, surtout dans les questions relatives à la position des employés. M. Paul Dupont rentra, le 30 janvier 1876, dans la vie parlementaire, comme sénateur de la Dordogne, élu par 355 voix (688 votants), sur la liste où figurait aussi M. Magne. Il siégea dans les rangs de la droite bonapartiste et opina constamment avec elle, jusqu'à la fin de sa carrière, notamment pour la dissolution (1877) de la Chambre des députés. En dernier lieu, son grand âge et le mauvais état de sa santé l'empêchèrent de suivre régulièrement les séances.

M. P. Dupont a publié, en 1849, un volume intitulé: Essais d'imprimerie; puis, en 1854, un ouvrage d'un cadre plus développé qui, sous le titre d'Histoire de l'Imprimerie, donne des renseignements intéressants, principalement sur les temps modernes. Il a obtenu, comme industriel, des récompenses de premier ordre aux diverses Expositions nationales ou universelles. Officier de la Légion d'honneur (1868).

Date de mise à jour: décembre 2016