Louis, Napoléon Suchet d'Albufera

1813 - 1877

Informations générales
  • Né le 23 mai 1813 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 22 juillet 1877 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Eure
Groupe
Droite
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 29 mai 1857
Département
Eure
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIe législature
Mandat
Du 21 juin 1857 au 7 mai 1863
Département
Eure
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 31 mai 1863 au 27 avril 1869
Département
Eure
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Eure
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Pair de France, représentant en 1849, député au Corps législatif de 1852 à 1870, né à Paris le 23 mai 1813, mort à Paris le 22 juillet 1877, fils de Louis-Gabriel Suchet, duc d'Albuféra (1772-1826), pair de France et pair des Cent-Jours, il entra à l'Ecole polytechnique, en sortit officier d'artillerie, servit plusieurs années en Algérie, et, de retour à Paris, après un riche mariage avec une des filles du banquier prussien Schickler (1844), donna sa démission de capitaine (1848).

Le 2 juin 1838, il avait été admis, en remplacement de son père décédé, à siéger à la Chambre des pairs par droit héréditaire. Il soutint de ses votes le gouvernement de Louis-Philippe.

Le 13 mai 1849, les conservateurs monarchistes de l'Eure l'envoyèrent, le 3e sur 9, siéger à l'Assemblée législative, par 55 708 voix (93 065 votants, 125 952 inscrits). Il y soutint la politique de l'Elysée et se prononça pour toutes les lois restrictives et répressives.

Elu, le 29 février 1852, comme candidat officiel, député de la 1re circonscription de l'Eure au Corps législatif, par 18 840 voix (24 310 votants, 37 857 inscrits) contre 2 842 à Dupont (de l'Eure) et 1 627 à M. de Salvandy, il siégea dans la majorité dynastique avec laquelle il vota constamment, ayant obtenu sa réélection:

- le 22 juin 1857, par 15,875 voix (27 254 votants, 36 029 inscrits), contre 11 220 à M. Davy ;
- le 1er juin 1863, par 17 702 voix (26 840 votants, 32 363 inscrits), contre 9 081 à M. Louis Passy ;
- le 24 mai 1869, par 14 403 voix (25 083 votants, 29 871 inscrits), contre 5 842 à M. Louis Passy et 4 633 à M. Alexandre Papon.

Il présida, en mai 1870, le comité qui dirigea à cette époque le mouvement plébiscitaire.

À la chute de l'Empire, M. d'Albuféra était sur le point d'être nommé sénateur.

Il se présenta comme candidat au Sénat dans l'Eure, le 30 janvier 1876, et recueillit, sans être élu, 199 voix (785 votants).

Le succès du plébiscite lui avait valu, le 18 mai 1870, la plaque de grand-officier de la Légion d'honneur.

Date de mise à jour: décembre 2016