Frédéric, Joseph, Barthélemy de Lagrange

1815 - 1883

Informations générales
  • Né le 21 juin 1815 à Dangu (Eure - France)
  • Décédé le 21 novembre 1883 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 8 juillet 1849 au 2 décembre 1851
Département
Gers
Groupe
Droite
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 29 mai 1857
Département
Gers
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIe législature
Mandat
Du 21 juin 1857 au 7 mai 1863
Département
Gers
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 31 mai 1863 au 27 avril 1869
Département
Gers
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Gers
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1849 et député au Corps législatif de 1852 à 1870, né à Dangu (Eure) le 21 juin 1815, mort à Paris le 21 novembre 1883, fils du comte Joseph de Lagrange, gendre du prince de Chimay, propriétaire de la vénerie de Saint-Joseph (Gers), Joseph Barthélemy Frédéric, comte de Lagrange fut élu représentant du Gers à l'Assemblée législative, le 8 juillet 1849, en remplacement de M. Lacave-Laplagne, décédé, par 23 703 voix (41 474 votants, 96 572 inscrits), contre 13 897 voix à M. Pégot-Ogier, ancien représentant, 2 286 voix à M. Alem-Rousseau, et 1 512 à M. David, ancien représentant.

Il vota avec la majorité et soutint la politique du prince-président.

Après le 2 décembre, il fit partie de la commission consultative instituée par Louis-Napoléon.

Entièrement rallié à l'Empire, il fut successivement élu, comme candidat officiel, député au Corps législatif , dans la 2e circonscription du Gers:

- le 29 février 1852, par 20,029 voix (20 942 votants, 31 166 inscrits), contre 462 à M. Jouret, ancien représentant ;
- le 22 juin 1857, par 17 647 voix (20 551 votants, 29 972 inscrits), contre 2 766 à M. Gounon ;
- le 1er juin 1863, par 17 895 voix (21 520 votants, 30 008 inscrits) contre 3 542 à M. de Saint-Gresse ;
- le 24 mai 1869, par 15 919 voix (24 072 votants, 30 613 inscrits), contre 8 011 à M. Alcée Durrieux, avocat à Paris.

Officier de la Légion d'honneur du 4 août 1865, membre du comité central du plébicite en 1870, il fut nommé sénateur par décret impérial du 27 juillet, décret dont les événements empêchèrent la promulgation.

Rendu à la vie privée par la révolution du 4 septembre 1870, et fidèle à ses convictions politiques, il se présenta comme candidat bonapartiste aux élections du 20 février 1876, et il échoua dans l'arrondissement de Lectoure avec 5 424 voix contre 6 465 à l'élu républicain, M. Descamps, et 562 à M. de Galard.

Candidat du gouvernement après la dissolution de la Chambre par le cabinet du 16 mai, il échoua de nouveau, le 14 octobre 1877, avec 6 486 voix contre 6 580 au député sortant réélu, M. Descamps.

M. de Lagrange s'était acquis une notoriété particulière par son écurie de courses et par les victoires de deux de ses chevaux, Fille de l'air et Gladiateur, au Derby d'Epsom et au Grand-Prix de Paris.

Retour haut de page