Joannès, Jean, Marie Terme

1823 - 1888

Informations générales
  • Né le 11 mai 1823 à Lyon (Rhône-et-Loire - France)
  • Décédé le 22 avril 1888 à Denicé (Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 31 mai 1863 au 27 avril 1869
Département
Rhône
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Rhône
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député au Corps législatif de 1863 à 1870, né à Lyon (Rhône), le 11 mai 1823, mort à Denicé (Rhône) le 22 avril 1888, fils de Jean François Terme qui fut député sous Louis-Philippe, il fut reçu avocat à Paris en 1844, attaché au parquet du procureur du roi à Paris en 1846, et se démit de ses fonctions à la révolution de 1848.

Il s'occupa de l'exploitation de ses propriétés de Saint-Just d'Avray, devint maire de cette commune (1852), conseiller général du canton de Villefranche (1855), membre de la commission de surveillance à l'Ecole normale de Lyon, et fut élu, le 1er juin 1863, comme candidat du gouvernement, député de la 5e circonscription du Rhône au Corps législatif, par 20,453 voix (26,112 votants, 34,888 inscrits), contre 3,630 à M. de Mortemart et 1,981 à M. Michaud; il s'occupa principalement de questions industrielles, particulièrement des cotons.

Réélu, le 24 mai 1869, par 20,883 voix (29,315 votants, 38,412 inscrits), contre 7,537 à M. Jules Favre et 705 à M. Parceint, il fut secrétaire de la Chambre, prit place dans le tiers parti, signa l'interpellation des 116, et vota pour la guerre contre la Prusse.

Le 30 janvier 1876, il se présenta aux élections sénatoriales dans le Rhône, et échoua avec 143 voix sur 329 votants: il était alors maire de Denicé. Il ne fut pas plus heureux à l'élection sénatoriale partielle motivée dans le Rhône, le 6 janvier 1885, par le décès de M. Vallier, avec 193 voix, contre 441 à l'élu, M. Perras, républicain.

Chevalier de la Légion d'honneur du 5 novembre 1864, officier du 14 août 1869, officier de l'Instruction publique du 26 juin 1866.