Jacques, Henri, Marie Maissiat

1805 - 1878

Informations générales
  • Né le 28 mars 1805 à Nantua (Ain - France)
  • Décédé le 26 mars 1878 à Nantua (Ain - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Ain
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Ain
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple en 1848 et en 1849, né à Nantua (Ain) le 28 mars 1805, mort à Nantua le 26 mars 1878, il fit ses classes à Nantua, commença ses études médicales à Lyon, les continua à Montpellier et les acheva à Paris, où il fut reçu docteur en février 1838 et agrégé l'année suivante.

En 1847, Orfila l'appela au poste de conservateur adjoint des collections de la faculté, titre qu'il échangea, en 1852, contre celui de conservateur titulaire. Un biographe de l'époque raconte de lui : « Le 24 février 1848, M. Maissiat rencontre M. L'Héritier (de l'Ain) qui lui dit: « Nous la tenons donc enfin cette république! - Vous voilà bien avec vos utopies, répondit M. Maissiat en lui tournant le dos. Ce n'était que le lendemain que M. Maissiat criait bien fort : Vive la République! » Il le cria du moins assez fort pour se faire élire, le 23 avril 1848, représentant de l'Ain à l'Assemblée constituante, le 9e et dernier, par 37.220 voix.

Il fit partie du comité de l'instruction publique, et vota en général avec la droite,

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'incompatibilité des fonctions,
- contre l'amendement Grévy,
- contre la sanction de la Constitution par le peuple,
- pour l'ensemble de la Constitution,
- pour la proposition Rateau,
- pour l'interdiction des clubs,
- et pour l'expédition de Rome.

Rallié à la politique de l'Elysée, il fut réélu, le 13 mai 1849, dans le même département, représentant à l'Assemblée législative, le 8e et dernier, par 26,645 voix (82,754 votants, 102,031 inscrits). Il était le seul élu de la liste monarchiste du département. Il continua de voter avec la droite; mais, après le 2 décembre 1851, il se renferma exclusivement dans ses fonctions à la faculté de médecine. C'est à lui que l'on doit l'organisation et la classification du musée d'anatomie comparée (musée Dupuytren).

Chevalier de la Légion d'honneur depuis 1845. On a de lui : Etudes de physique animale (1843); Lois générales de l'optique (1843); Notions statistiques sur la Bresse (1851); Jules César en Gaule (1866, tome I); Recherches historiques sur les guerres des Gaulois contre les Romains (1874).

Date de mise à jour: mars 2016


Retour haut de page