Auguste, Jean, Marie Champanhet

1796 - 1866

Informations générales
  • Né le 26 novembre 1796 à Ucel (Ardèche - France)
  • Décédé le 2 janvier 1866 à Aubenas (Ardèche - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Ardèche
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Ardèche
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Parent de Jean André Hippolyte Champanhet qui fut député sous la monarchie de Juillet, représentant du peuple aux Assemblées constituante et législative de 1848-49, né à Ucel (Ardèche), le 26 novembre 1796, mort à Aubenas (Ardèche), le 2 janvier 1866, fils d'un négociant devenu agriculteur, et de Mlle Blachère, il se fit recevoir docteur en médecine et exerça sa profession dans sa ville natale.

Nommé maire d'Aubenas par le ministère Martignac, en 1828, il donna sa démission deux ans après, au moment des ordonnances de juillet, fut remis en fonctions par Louis-Philippe, devint conseiller général de l'Ardèche pour le canton d'Aubenas, et soutint la politique du « juste-milieu ».

Le 23 avril 1848, M. Champanhet fut élu, le 3e sur 9, représentant de l'Ardèche à l'Assemblée constituante, par 37,007 voix. Il fit partie du comité de l'administration départementale et communale, siégea à droite, et vota avec les conservateurs de l'Assemblée :

- le 26 août, pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière;
- le 1er septembre, pour le rétablissement de la contrainte par corps;
- le 18 septembre, contre l'abolition de la peine de mort;
- le 7 octobre, contre l'amendement Grévy;
- le 2 novembre, contre le droit au travail;
- le 28 décembre, contre la réduction de l'impôt du sel;
- le 12 janvier 1849, pour la proposition Rateau;
- le 21 mars, pour l'interdiction des clubs;
- le 16 avril, pour les crédits de l'expédition de Rome;
- le 2 mai, contre l'amnistie des transportés;
- le 18 mai, contre l'abolition de l'impôt des boissons.

M. Champanhet fut chargé du rapport de la loi des comptes de 1848.

Réélu, le 8e et dernier, à l'Assemblée législative par le même département, avec 30,766 voix (68,890 votants, 105,091 inscrits), il fit partie de la majorité de droite, et se prononça pour toutes les lois répressives, ainsi que pour la révision de la Constitution.

Après le coup d'Etat du 2 décembre, auquel il ne s'était pas montré favorable, M. Champanhet resta quelque temps conseiller général de l'Ardèche. Il se présenta le 29 février 1852, aux élections du Corps législatif, mais il échoua avec 4,077 voix contre 16,059 accordées à M. Chevreau père, qui fut élu. Chevalier de la Légion d'honneur (1843).

Date de mise à jour: mai 2017


Retour haut de page