Jean-Baptiste, Antoine de Casse

1790 - 1863

Informations générales
  • Né le 17 janvier 1790 à Marseille (Bouches-du-Rhône - France)
  • Décédé le 23 juillet 1863 à Lavelanet (Ariège - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Ariège
Groupe
Républicain modéré

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple à l’Assemblée constituante de 1848, né à Marseille (Bouches-du-Rhône), le 17 janvier 1790, mort à Lavelanet (Ariège), le 23 juillet 1863, il passa par l'Ecole polytechnique et par l'Ecole d'application de Metz, et fit, dans le génie militaire, les dernières campagnes de l'Empire.

Sous la Restauration, il fut nommé capitaine au 1er régiment du génie et décoré de la Légion d'honneur en 1823. Mais les opinions libérales qu'il professait l'obligèrent à donner sa démission : il se retira en 1825 à Lavelanet (Ariège) et s'occupa d'agriculture.

Elu, le 23 avril 1848, comme républicain modéré, représentant de l'Ariège à l'Assemblée constituante, le 5e sur 7, par 22,289 voix (65,072 votants, 71,717 inscrits), il fit partie du comité de la guerre, et soutint d'abord la politique de Cavaignac. Il se prononça :

-le 26 août, contre les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière ;
-le 18 septembre, contre l'abolition de la peine de mort ;
-le 7 octobre, contre l'amendement Grévy ;
-le 21 octobre, contre l'abolition du remplacement militaire ;
-le 27 décembre, pour la suppression de l'impôt du sel.

Puis, il se rallia à la politique du président L.-N.-Bonaparte, et s'associa, dans les derniers mois de la législature, à tous les votes de la majorité de droite : pour la proposition Rateau, pour l'interdiction des clubs, pour l'expédition de Rome, etc.

Il ne fut pas réélu à l'Assemblée législative, et se retira à Lavelanet, où il mourut.