Jacques Mercier

1776 - 1858

Informations générales
  • Né le 29 avril 1776 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 5 mars 1858 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cent-Jours
Législature
Chambre des représentants
Mandat
Du 15 mai 1815 au 13 juillet 1815
Département
Orne
Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Orne
Groupe
Opposition constitutionnelle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 31 mai 1831
Département
Orne
Groupe
Opposition constitutionnelle
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Orne
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 28 décembre 1836 au 3 octobre 1837
Département
Orne
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Orne
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Orne
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Orne
Groupe
Gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Orne
Groupe
Gauche
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 29 mai 1857
Département
Orne
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIe législature
Mandat
Du 22 juin 1857 au 5 mars 1858
Département
Orne
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1815, député de 1827 à 1834, de 1836 à 1848 et de 1852 à 1858, né à Paris le 29 avril 1776, mort à Paris le 5 mars 1858, fils d'un riche propriétaire dont la fortune avait, dit un de ses biographes, « une origine assez bizarre et qui donna fort à causer aux commères normandes », il était négociant-manufacturier en toiles et dentelles à Alençon, maire de la ville, président du tribunal de commerce, chevalier de la Légion d'honneur, baron de l'Empire du 15 septembre 1811, lorsqu'il fut élu représentant à la Chambre des Cent-Jours, le 15 mai 1815, par le collège de département de l'Orne, avec 47 voix (91 votants).

Après le retour de Gand, il vécut quelques années éloigné de la politique. Ses idées libérales le désignèrent, au renouvellement du 9 mai 1822, au choix de ses concitoyens; mais il échoua, dans le 1er arrondissement électoral de l'Orne (Alençon), avec 129 voix contre 164 à l'élu, M. Thiboult-Dupuisact. Il fut plus heureux aux élections du 17 novembre 1827, et fut élu député par 131 voix (234 votants, 263 inscrits), contre 99 voix à M. Château-Thierry-Dubreuil. Il siégea dans l'opposition constitutionnelle, et vota l'adresse des 221 contre le ministère Polignac.

Réélu, le 23 juin 1830, par 145 voix (257 votants, 277 inscrits), contre 112 voix à M. de Chambray; le 5 juillet 1831, par 145 voix (193 votants, 258 inscrits), contre 39 voix à M. le comte de Bonet, il contribua à l'établissement du gouvernement de juillet, vota pour les ministres, et obtint pour sa famille de nombreuses faveurs. Cette attitude le fit échouer aux élections du 21 juin 1834, avec 107 voix contre 110 à l'élu, M. Libert. Il devait, au décès de ce dernier, lui succéder comme député d'Alençon le 28 décembre 1836.

Le baron Mercier revint alors à l'opposition, et fut de nouveau et successivement réélu dans son arrondissement :

- le 4 novembre 1837, par 135 voix (256 votants, 308 inscrits);
- le 2 mars 1839, par 137 voix (261 votants) ;
- le 9 juillet 1842, par 147 voix (277 votants; 297 inscrits), contre 124 voix à M. Druet-Desvaux;
- le 1er août 1846, par 194 voix (326 votants, 361 inscrits), contre 130 voix à M. Druet-Desvaux.

Il siégea obstinément à gauche, repoussa l'adresse de 1839, combattit le ministère Molé, vota contre la dotation du duc de Nemours, pour les incompatibilités, pour l'adjonction des capacités, contre l'indemnité Pritchard.

Candidat à l'Assemblée constituante, le 17 septembre 1848, dans une élection partielle dans l'Orne, il échoua avec 4,143 voix, contre 10,619 à l'élu, M. de Vaudoré, 9,734 à Louis-Napoléon Bonaparte, 7,853 à M. Hipp. Passy, et 6,248 à M. Berryer-Fontaine.

Il se rallia alors à la politique du prince-président, et fut élu député au Corps législatif, dans la 1re circonscription de l'Orne, avec l'appui officiel, le 29 février 1852, par 25,514 voix (29,483 votants, 45,976 inscrits), contre 2,432 à M. Rœderer et 541 à M. Druet-Desvaux. Ardent impérialiste, il soutint énergiquement le pouvoir, déclara (24 juin 1852) que « si le ministère de la police n'existait pas, il faudrait l'inventer », et répondit un jour au président qui l'interrompait : « Mais laissez-moi donc parler, moi, je ne suis pas de l'opposition. »

Réélu, le 22 juin 1857, par 17,909 voix (20,138 votants, 43,428 inscrits), il ne cessa de figurer parmi les fidèles du second empire, mourut en mars 1858, et fut remplacé, le 30 mai suivant, par M. de Chazot. Officier de la Légion d'honneur du 11 août 1855.

Date de mise à jour: octobre 2017


Retour haut de page