Théodore, Martin Quinette de Rochemont

1802 - 1881

Informations générales
  • Né le 7 septembre 1802 à Amiens (Aisne - France)
  • Décédé le 15 juin 1881 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 15 juin 1835 au 3 octobre 1837
Département
Aisne
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Aisne
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Aisne
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Aisne
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Aisne
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Aisne
Groupe
Centre

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1835 à 1848, représentant en 1848, né à Amiens (Somme) le 7 septembre 1802, mort à Paris le 15 juin 1881, fils du conventionnel Nicolas Marie Quinette, il suivit, à l'âge de treize ans, son père en exil, et rentra en France quelques années après.

Il prit part à la révolution de 1830, fut décoré de Juillet, devint maire de Soissons (1832), conseiller général de l'Aisne, et brigua en 1835 les suffrages des électeurs censitaires : élu, le 15 juin, député du 5e collège de l'Aisne (Vervins) par 224 voix (282 votants, 408 inscrits), en remplacement du général Sébastiani démissionnaire, il prit place à gauche et vota avec l'opposition dynastique.

Il obtint sa réélection, le 4 novembre 1837, par 260 voix (278 votants, 491 inscrits), puis, le 2 mars 1839, par 298 voix (454 votants), se prononça notamment pour l'adjonction des capacités au cens électoral, pour les incompatibilités parlementaires, contre la dotation du duc de Nemours.

Il fut encore réélu, le 9 juillet 1842, par 350 voix (424 votants, 591 inscrits), contre 66 à M. Godelle, et, le 1er août 1846, par 358 voix (365 votants, 665 inscrits). Il repoussa l'indemnité Pritchard, combattit la politique du ministère Guizot et traita principalement à la tribune de la Chambre les matières administratives ; on doit à son initiative, l'établissement des trottoirs dans les villes.

Après la révolution de Février, M. Quinette de Rochemont fut élu (23 avril 1848) représentant de l'Aisne à l'Assemblée constituante, le 2e sur 14, par 123 394 voix (130 363 votants, 154 878 inscrits). Il vota pour le bannissement de la famille d'Orléans et se montra favorable à la politique modérée.

Ayant été nommé, le 15 juin, ministre plénipotentiaire en Belgique, il remplit ces fonctions jusqu'au coup d'Etat du 2 décembre 1851, fut remplacé par le duc de Bassano, hésita quelque temps à se rallier à l'Empire, et se décida à accepter, en 1854, le titre de conseiller d'Etat.

M. Quinette de Rochemont a été admis à la retraite en cette qualité le 12 décembre 1873.

Commandeur de la Légion d'honneur du 4 août 1867.

Date de mise à jour: octobre 2017