Louis, Maurice Vernhette

1801 - 1883

Informations générales
  • Né le 27 octobre 1801 à Montjaux (Aveyron - France)
  • Décédé le 5 janvier 1883 à Montjaux (Aveyron - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Aveyron
Groupe
Droite monarchiste
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Aveyron
Groupe
Droite monarchiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848 et en 1849, né à Montjaux (Aveyron), le 27 octobre 1801, mort à Montjaux le 5 janvier 1883, fils de Jean Blaise Vernhette qui avait été brièvement député sous Charles X.

Il appartint lui aussi à la magistrature sous la Restauration, donna sa démission en 1830 pour se faire inscrire au barreau de Milhau, devint conseiller général de l'Aveyron, et fut élu, le 23 avril 1848, représentant de ce département à l'Assemblée constituante, le 9e sur 10, par 31,015 voix (90,119 votants, 105,448 inscrits).

D'opinions légitimistes, il fit partie du comité de la justice, et vota avec la droite monarchiste,

- pour le rétablissement du cautionnement et de la contrainte par corps,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'amendement Grévy,
- contre le droit au travail,
- pour la proposition Rateau,
- contre l'amnistie,
- pour l'interdiction des clubs.

Réélu, le 13 mai 1849, par le même département, représentant de l'Aveyron à l'Assemblée législative, le 4e sur 8, avec 43,592 voix (79,850 votants, 112,514 inscrits), il suivit la même ligne politique que précédemment, appuya l'expédition romaine, la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement, la loi du 31 mai sur le suffrage universel, ne se rallia pas à la politique de l'Elysée, et reprit, après le coup d'Etat, sa place au barreau de Milhau.


Retour haut de page