Pierre, Paul Duplan

1806 - 1878

Informations générales
  • Né le 7 octobre 1806 à Bourges (Cher - France)
  • Décédé le 21 janvier 1878 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Cher
Groupe
Gauche modérée

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848, né à Bourges (Cher) le 7 octobre 1806, mort à Paris le 21 juin 1878, il était étudiant en droit à Paris lors de la révolution de juillet.

De retour à Bourges, ou il exerça la profession d'avocat, il servit la cause démocratique comme collaborateur de la Revue du Cher, de 1831 à 1844, puis de 1839 à 1840, comme un des défenseurs des accusés d'avril (1834), et comme correspondant de l'Eclaireur de l'Indre et du Journal du Loiret. Associé, depuis 1840, à la rédaction du grand répertoire de droit et de législation dirige par Ledru-Rollin, il ne cessa, en même temps, de se mêler activement au mouvement libéral et réformiste : en septembre 1847, les démocrates du Cher le désignèrent pour les représenter au banquet d'Orléans.

M. P. Duplan applaudit à la révolution de février, fut nommé sous-commissaire du gouvernement provisoire dans le Cher, puis élu, le 23 avril 1848, par ce département, représentant du peuple à l'Assemblée constituante, le 6e sur 7, avec 32,945 voix. Il y vota le plus souvent avec la gauche modérée:

- contre le rétablissement du cautionnement,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et contre les poursuites contre Caussidière,
- contre l'amendement Grévy,
- pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac,
- contre la proposition Rateau,
- contre l'interdiction des clubs,
- pour l'abolition de l'impôt des boissons,
- et pour la mise en liberté des transportés (26 mai 1849).
Après la session de la Constituante, M. P. Duplan renonça à la politique active et accepta, quelque temps après, une situation d'inspecteur particulier de l'exploitation des chemins de fer. Il collabora, sous l'Empire, au Pays, sous la direction La Guéronnière, et au Constitutionnel.