Jean, Antoine Ducluzeau

1781 - 1851

Informations générales
  • Né le 16 mai 1781 à Montagrier (Dordogne - France)
  • Décédé le 7 avril 1851 à Montagrier (Dordogne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Dordogne
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Dordogne
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Dordogne
Groupe
Républicain modéré
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 7 avril 1851
Département
Dordogne
Groupe
Républicain

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1831 à 1837, représentant en 1848 et en 1849, né à Montagrier (Dordogne) le 16 janvier 1782, mort à Montagrier le 7 avril 1851, il était médecin à Montagrier lorsqu'il fut élu député le 5 juillet 1831, dans le 6e collège électoral de la Dordogne (Ribérac), par 128 voix sur 255 votants et 355 inscrits, contre 117 voix à M. Lacroix, conseiller à la cour royale de Bordeaux ; il siégea dans l'opposition constitutionnelle, et fut réélu, le 21 juin 1834, par 167 voix sur 279 votants et 387 inscrits, contre 75 voix données à M. Froidefond de Bellisle.

Aux élections du 4 novembre 1837, il échoua avec 131 voix contre 159 données à l'élu M. Debelleyme; il ne fut pas plus heureux le 2 mars 1839, avec 130 voix contre 195 données à l'élu, M. Debelleyme, ni le 1er août 1846, avec 131 voix contre 251 données à M. Debelleyme réélu, et 30 à M. Duburguet.

Mais, le 23 avril 1848, il fut élu représentant de la Dordogne à l'Assemblée constituante, le 12e sur 13, par 35,749 voix sur 110,594 votants et 140,087 inscrits. Il se rangea parmi les républicains modérés de la nuance Cavaignac, et vota :

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour la loi sur les attroupements,
- pour le droit au travail,
- pour la suppression de l'impôt sur le sel,
- pour la mise en liberté des transportés,
- contre le décret sur les clubs,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'amendement Grévy,
- contre la proposition Rateau,
- contre le renvoi des accusés du 15 mai devant la Haute-Cour,
- contre l'amnistie générale
- et contre l'expédition de Rome.

Il était en congé quand furent ordonnées les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière, et se trouvait absent au moment de la discussion sur l'abolition de la peine de mort.

Il fut, le 13 mai 1849, réélu par le département de la Dordogne à l'Assemblée législative, le 2e sur 10, avec 61,408 voix sur 105,677 votants et 145,779 inscrits. Il mourut pendant la législature et fut remplacé par M. Magne.


Retour haut de page