Marie, Pierre, Laurent, Jean-Charles Curnier

1817 - 1863

Informations générales
  • Né le 2 juillet 1817 à Valence (Drôme - France)
  • Décédé le 27 janvier 1863 à Valence (Drôme - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Drôme
Groupe
Gauche
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Drôme
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple aux Assemblées constituante et législative de 1848-49, né à Valence (Drôme), le 2 juillet 1817, mort à Valence, le 27 janvier 1863, il était adjoint au maire de sa ville natale, lorsque ses opinions démocratiques le firent placer, au lendemain de la révolution de février, à la tête de la municipalité, puis de l'administration du département de la Drôme comme commissaire du gouvernement provisoire.

L'opposition des partis hostiles à la République le força à donner sa démission; mais il fut élu représentant du peuple, le 6e sur 8, par le département de la Drôme, aux élections du 23 avril 1848 pour l'Assemblée constituante, avec 33,508 voix (76,005 votants. 92,501 inscrits).
Membre du comité de l'instruction publique, il siégea à gauche et vota :

- contre le rétablissement du cautionnement,
- contre les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre le rétablissement de la contrainte par corps,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- pour l'amendement Grévy sur la présidence,
- contre l'abolition du remplacement militaire,
- contre le droit au travail,
- pour la suppression de l'impôt du sel,
- contre la proposition Rateau,
- pour l'amnistie,
- contre l'interdiction des clubs, etc.

Il fut réélu par le même département représentant du peuple à l'Assemblée législative, le 2e sur 7, avec 43,330 voix (67,889 votants, 94,136 inscrits), et combattit, dans les rangs de la minorité républicaine, la politique de la majorité et celle du gouvernement présidentiel de L.-N. Bonaparte. Il se prononça contre l'expédition romaine, contre les lois de répression, sur l'instruction publique, le suffrage universel, la presse, le droit de réunion, etc. protesta contre le coup d'Etat du 2 décembre 1851, et rentra dans la vie privée.

Sous l'Empire, M. Curnier fut, sans succès, le candidat de l'opposition démocratique aux élections du Corps législatif le 22 juin 1857 : il réunit 2,053 voix dans la 2e circonscription de la Drôme contre le candidat officiel, M. Monier de la Sizeranne, élu par 17,706 voix.


Retour haut de page