Edouard, Etienne, Charles, Eugène Favand

1793 - 1854

Informations générales
  • Né le 6 août 1793 à Alès (Gard - France)
  • Décédé le 13 mars 1854 à Alès (Gard - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Gard
Groupe
Gauche
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 janvier 1850 au 2 décembre 1851
Département
Gard
Groupe
Montagne

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple en 1848 et en 1850-51, né à Alais (Gard) le 6 avril 1793, d'Antoine Favand, agent de change, et de Victoire Jeanne Marie Marguerite Boyer, mort à Alais le 13 mars 1854, il était le neveu du général Boyer de Peyreleau (V. ce nom).

Il entra, en 1810, à l'Ecole militaire, fit au 149e régiment de ligne les campagnes de la grande armée en 1813 et 1814, et reçut deux coups de sabre le 25 mars 1814 au combat de la Fère-Champenoise .

Le 30 août 1814, il fut muté au 62e régiment de ligne, avec le grade de capitaine, régiment qui partit occuper la Guadeloupe, celle-ci venant d'être restituée à la France. Passé au 20e R.I. en février 1821, il fit la campagne d'Espagne en 1823. Une décision royale devait le mettre à la réforme le 10 mars 1824.

Nommé, en octobre 1830, capitaine au 65e de ligne, il fit la campagne de Belgique et reçut la croix de la Légion d'honneur le 7 novembre 1831. Il était chef de bataillon au 50e régiment de ligne lorsqu'il fut promu au grade d'officier dans l'ordre de la Légion d'honneur le 14 avril 1844.

Ses opinions démocratiques le firent élire, le 23 avril 1848, le 2e sur 10, par 88,615 voix (103,556 votants, 116,415 inscrits) représentant du Gard à l'Assemblée constituante. M. Favand prit place à gauche, et vota:

- contre le rétablissement du cautionnement,
- contre les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre le rétablissement de la contrainte par corps,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- pour l'amendement Grévy,
- contre l'abolition du remplacement militaire,
- pour la suppression de l'impôt du sel,
- contre la proposition Rateau,
- pour l'amnistie,
- contre l'interdiction des clubs,
- contre les crédits de l'expédition romaine,
- pour l'abolition de l'impôt des boissons, etc.

Il combattit le gouvernement présidentiel de L.-N. Bonaparte, et entra à l'Assemblée législative le 13 janvier 1850, lors du scrutin qui eut lieu pour remplacer M. de Beaune, décédé. Le commandant Favand, candidat républicain, fut élu par 34,218 voix contre 22,719 à M. E. du Grail et 11,619 à M. H. de Lourdoueix. Il vota avec la Montagne jusqu'à la fin de la législature, et protesta contre le coup d'Etat de décembre 1851, qui mit fin à sa carrière politique. Son opposition déclarée à l'expédition de Rome l'avait fait mettre en disponibilité comme officier, le 20 mars 1849.

Date de mise à jour: avril 2016


Retour haut de page