Louis, Sébastien, Philippe Gavarret

1791 - 1881

Informations générales
  • Né le 14 juillet 1791 à La sauvetat (Gers - France)
  • Décédé le 23 mars 1881 à Condom (Gers - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 9 janvier 1833
Département
Gers
Groupe
Gauche dynastique
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Gers
Groupe
Républicain modéré
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Gers
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1831 à 1833, représentant du peuple en 1848 et en 1849, né à la Sauvetat (Gers) le 14 juillet 1791, mort à Condom (Gers) le 23 mars 1881, il étudia le droit et vint exercer à Condom la profession d'avocat.

D'opinions libérales, il fut élu, comme candidat de l'opposition, député du 2e collège du Gers, le 5 juillet 1831, par 269 voix (374 votants, 519 inscrits), contre 57 à M. Persil, ministre et député sortant, et 56 à M. de Salvandy. Il siégea dans la gauche dynastique, vota avec elle, signa le compte-rendu de 1832, puis donna sa démission de député, le 9 janvier 1833. Il eut pour successeur à la Chambre, le 14 février 1833, M. Alfred Lannes de Montebello.

M. Gavarret ne cessa pas, pour cela, de s'occuper de politique. Conseiller général du Gers, il combattit le gouvernement de Louis-Philippe, présida (1847) le banquet réformiste de Condom, et adhéra à la République de février 1848.

Le 23 avril, il fut élu, le 1er sur 8, représentant du Gers à l'Assemblée constituante par 64,589 suffrages. M. Gavarret fit partie du comité des cultes, appartint au parti démocratique modéré et vota:

- contre le rétablissement du cautionnement,
- contre les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre le rétablissement de la contrainte par corps,
- pour l'abolition de la peine de mort,
- contre l'amendement Grévy,
- contre le droit au travail,
- pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac,
- contre la proposition Rateau,
- contre l'interdiction des clubs,
- contre les crédits de l'expédition de Rome,
- pour l'amnistie,
- pour l'abolition de l'impôt des boissons.

Réélu représentant du Gers à la Législative, le 1er sur 7, par 40,021 voix (70,087 votants, 96,572 inscrits), M. Gavarret continua son opposition au gouvernement présidentiel de L.-N. Bonaparte, se prononça contre les lois répressives et réactionnaires présentées par le gouvernement avec l'approbation de la majorité monarchiste, et rentra dans la vie privée en 1851. Chevalier de la Légion d'honneur, du 28 août 1845.

Date de mise à jour: janvier 2014

Retour haut de page