Jean-François, Xavier Salvat

1791 - 1859

Informations générales
  • Né le 10 octobre 1791 à Peyruis (Basses-Alpes - France)
  • Décédé le 28 juillet 1859 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Loir-et-Cher
Groupe
Gauche
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Loir-et-Cher
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1848 et en 1849, né à Peyruis (Basses-Alpes) le 10 octobre 1791, mort à Paris le 28 juillet 1859, fils d'un chirurgien militaire, il venait d'être reçu avocat, lorsqu'il s'enrôla dans le 4e régiment des gardes d'honneur créés après la campagne de Russie.

Il y fit les campagnes de 1813 et de 1814, comme brigadier et maréchal des logis. Il quitta la France après la chute de l'empereur (1814), se fixa, comme avocat, dans l'île de France, et, après un voyage aux Indes et à Sainte-Hélène, revint en France en 1824, et s'établit comme propriétaire-agriculteur dans le Loir-et-Cher (1825).

Il y fit de l'opposition libérale sous la Restauration, devint président de la Société d'agriculture de Blois, et fut élu, le 23 avril 1848, représentant du Loir-et-Cher à l'Assemblée constituante, le 6e et dernier, par 24,056 voix (60,934 votants, 66,677 inscrits). Il siégea à gauche, fit partie du comité de l'agriculture, et vota avec les républicains modérés,

- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- pour le rétablissement de la contrainte par corps,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- pour l'amendement Grévy,
- pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac,
- contre la proposition Rateau,
- contre l'interdiction des clubs (le reste du temps en congé).

Réélu, le 13 mai 1849, représentant du même département à la Législative, le 1er sur 5, par 30,651 voix (54,330 votants, 71,600 inscrits), il prit place dans la minorité démocratique, se prononça contre les lois restrictives et répressives, contre la politique de l'Elysée, et rentra dans la vie privée au 2 décembre 1851.

Sous l'Empire, M. Salvat réunit (22 juin 1857) comme candidat indépendant au Corps législatif dans la 1re circonscription de Loir-et-Cher, 1,248 voix contre 16,725 au candidat officiel élu, M. Clary. Il a été fait chevalier de la Légion d'honneur le 27 avril 1846.

Date de mise à jour: avril 2016


Retour haut de page