Auguste, Jean, Charles Coralli

1799 - 1851

Informations générales
  • Né le 6 novembre 1799 à Montpellier (Hérault - France)
  • Décédé le 21 avril 1851 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Haute-Vienne
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Haute-Vienne
Groupe
Gauche modérée
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 21 avril 1851
Département
Haute-Vienne
Groupe
Gauche

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1839 à 1842, représentant du peuple aux Assemblées constituante et législative de 1848-1849, né à Montpellier (Hérault), le 12 janvier 1801, mort à Paris, le 21 avril 1851, il exerçait à Limoges la profession d'avocat.

L'opposition qu'il faisait au gouvernement de Louis-Philippe dans le département de la Haute-Vienne le fit désigner comme candidat libéral aux élections du 2 mars 1839, dans le 4e collège de la Haute-Vienne (Saint-Yrieix). Il devint député de cette circonscription, siégea à la Chambre pendant toute la législature dans l'opposition dynastique, et vota contre le ministère Molé. Le 9 juillet 1842, il se représenta, mais n'obtint que 92 voix contre l'élu conservateur, M. Saint-Marc Girardin qui en eut 131.

Après la révolution de février, M. Coralli, qui s'était déclaré républicain, fut nommé, le 23 avril 1848, représentant du peuple à l'Assemblée constituante par le département de la Haute-Vienne, le 8e et dernier, avec 24,826 voix (61,130 votants, 82,272 inscrits). Il vota avec les démocrates modérés :

- 9 août, contre le rétablissement du cautionnement ;
- 7 octobre, pour l'amendement Grévy sur la présidence;
- 21 octobre, contre l'abolition du remplacement militaire;
- 25 novembre, pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac;
- 12 janvier 1849, contre la proposition Rateau;
- 16 avril, contre les crédits de l'expédition romaine;

M. Coralli est d'ailleurs porté absent dans un grand nombre de scrutins importants.

Après avoir, le 13 mai 1849, obtenu sa réélection à l'Assemblée législative, dans le même département, par 37,802 voix (57,464 votants, 81,891 inscrits), il prit place à gauche, combattit la politique du prince-président, se prononça à nouveau contre l'expédition romaine, contre les lois restrictives du suffrage universel, du droit de réunion, etc., et mourut avant la fin de la législature.