Sébastien, Désiré, Amant, Aimé, Fidèle, Constant Luneau

1800 - 1880

Informations générales
  • Né le 21 juin 1800 à Bouin (Vendée - France)
  • Décédé le 21 mars 1880 à Bouin (Vendée - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Vendée
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 3 octobre 1837
Département
Vendée
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Vendée
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 12 juin 1842
Département
Vendée
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Vendée
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 1er août 1846 au 24 février 1848
Département
Vendée
Groupe
Opposition dynastique
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Vendée
Groupe
Centre

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1831 à 1848, représentant du peuple en 1848, né à Bouin (Vendée) le 21 juin 1800, mort à Bouin le 21 mars 1880, fils de Sébastien Jean Baptiste Luneau, officier de santé et de Marie Magdeleine Méchin, il étudia le droit à Paris et exerça, sous la Restauration, la profession d'avocat aux Sables-d'Olonne.

Ses idées libérales le firent successivement élire député du 5e collège de la Vendée (les Sables-d'Olonne),

- le 5 juillet 1831, par 101 voix (169 votants, 334 inscrits), contre 64 voix à M. de Kératry ;
- le 4 juin 1834, par 136 voix (176 votants, 335 inscrits), contre 30 à M. Cormier;
- le 4 novembre 1837, par 166 voix (199 votants, 385 inscrits);
- le 2 mars 1839, par 155 voix (218 votants, 378 inscrits), contre 54 à M. Auguste Travot;
- le 9 juillet 1842, par 162 voix (189 votants, 399 inscrits), contre 25 à M. Ocher;
- le 1er août 1846, par 183 voix (213 votants, 437 inscrits), contre 16 à M. Ocher.

M. Luneau siégea constamment dans l'opposition. Dès son arrivée à la Chambre, il fit adopter une réduction considérable sur le traitement des hauts dignitaires ecclésiastiques; demanda (15 mars 1832), dans la discussion du budget, que les dispositions de la loi sur le cumul fussent appliquées aux maréchaux de France « qui, par suite de fonctions civiles ou militaires, se trouveraient cumuler deux traitements sur le budget de l'Etat » (rejeté à une faible majorité); signa le compte-rendu de 1832, et vota

- contre les lois de septembre,
- contre la dotation du duc de Nemours, le recensement et l'indemnité Pritchard,
- pour les incompatibilités,
- pour l'adjonction des capacités,
- pour la proposition relative aux députés fonctionnaires.

Au moment des événements de 1848, il fut nommé commissaire du gouvernement provisoire en Vendée, puis sous-préfet. Conseiller municipal de Bouin et conseiller général, il fut élu, le 23 avril 1843, représentant de la Vendée à l'Assemblée constituante, le 7e sur 9, par 40,940 voix (86,221 votants, 104,486 inscrits). Il fit partie du comité des finances, et vota

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour les poursuites contre L. Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'incompatibilité des fonctions,
- contre l'amendement Grévy,
- contre la sanction de la Constitution par le peuple,
- pour l'ensemble de la Constitution,
- pour la proposition Rateau,
- pour l'interdiction des clubs,
- pour l'expédition de Rome,
- contre la demande de mise en accusation du président et des ministres.

Il ne fut pas réélu à la Législative et se retira à Bouin, où il devint président de l'association syndicale des propriétaires des marais desséchés. On a de lui : Documents sur l'île de Bouin, précédés d'une notice historique (Nantes, 1874).

Date de mise à jour: août 2013


Retour haut de page