Henri, Armand Parenteau

1800 - 1875

Informations générales
  • Né le 3 novembre 1800 à Luçon (Vendée - France)
  • Décédé le 5 mars 1875 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Vendée
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple en 1848, né à Luçon (Vendée) le 4 novembre 1800, mort à Paris le 5 mars 1875, d'une famille de bourgeoisie libérale, il fit son droit à Poitiers, puis se maria à Sainte-Hermine (Vendée), où il s'occupa d'agriculture sans exercer aucune fonction publique jusqu'en 1830.

Après la révolution de juillet, ses opinions lui valurent d'être nommé conseiller municipal, suppléant du juge de paix, et adjudant-major du bataillon cantonal de la garde nationale ; en cette qualité, il fit plusieurs sorties contre les Chouans. En 1846, il refusa la candidature à Luçon, où M. Isambert, dont il était l'ami, se portait candidat.

Elu, le 23 avril 1848, représentant de la Vendée à l'Assemblée constituante, le 9e et dernier, par 39,093 voix (86,221 votants, 104,486 inscrits), il fit partie du comité de l'Algérie et des colonies, et vota en général avec la droite,

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour les poursuites contre L. Blanc,
- contre les poursuites contre Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'incompatibilité des fonctions,
- contre l'amendement Grévy,
- contre la sanction de la Constitution par le peuple,
- contre la proposition Rateau,
- pour l'interdiction des clubs,
- contre la demande de mise en accusation du Président et des ministres.

Il ne prit pas part au vote sur l'ensemble de la Constitution. Non réélu à la Législative, il ne rentra plus dans la vie politique.