Prosper, Abbeville de Mautort de Tillette de Clermont-Tonnerre

1789 - 1859

Informations générales
  • Né le 4 décembre 1789 à Abbeville (Somme - France)
  • Décédé le 8 décembre 1859 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 6 juillet 1846
Département
Somme
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Somme
Groupe
Droite
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 29 mai 1857
Département
Somme
Groupe
Majorité dynastique
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IIe législature
Mandat
Du 21 juin 1857 au 8 décembre 1859
Département
Somme
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1842 à 1846, représentant du peuple en 1848, député au Corps législatif de 1852 à 1859, né à Abbeville (Somme) le 4 décembre 1789, mort à Paris le 8 décembre 1859, il s'engagea en 1809, fit les campagnes d'Autriche, de Russie et de Saxe, et fut maintenu à l'activité comme capitaine sous la Restauration. Adopté en 1816 par son oncle maternel, le général comte de Clermont-Tonnerre, il donna sa démission en 1818, s'occupa d'agriculture et de sciences naturelles, et devint président de la Société linnéenne du Nord.

Elu, le 9 juillet 1842, député du 4e collège de la Somme, par 267 voix (527 votants, 663 inscrits), contre 256 à M. Renouard, il prit place à l'opposition de droite, et vota contre l'indemnité Pritchard et pour toutes les propositions libérales.

Il ne se représenta pas aux élections générales du 1er août 1846, mais il fut élu, le 23 avril 1848, représentant de la Somme à l'Assemblée constituante, le 5e sur 14, par 133 148 voix, et vota :

- pour le bannissement de la famille d'Orléans,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- pour l'incompatibilité des fonctions,
- contre l'amendement Grévy,
- contre la sanction de la Constitution par le peuple,
- pour l'ensemble de la Constitution,
- pour la proposition Rateau,
- et pour l'interdiction des clubs.

Non réélu à la Législative, il devint, après le coup d'Etat, candidat du gouvernement au Corps législatif et fut élu, comme tel, dans la 2e circonscription de la Somme, le 29 février 1852, par 25 279 voix (25 587 votants, 36 042 inscrits), et le 22 juin 1857, par 17 148 voix (17 338 votants, 28 987 inscrits).

Il ne cessa de siéger dans la majorité dévouée aux institutions impériales, mourut au cours de la législature, et fut remplacé, le 8 janvier 1860, par M. de Riencourt.