Henri, Anne, Victurnien de Mortemart de Rochechouart

1806 - 1885

Informations générales
  • Né le 27 février 1806 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 17 octobre 1885 à Meillant (Cher - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Droite
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 4 mars 1856
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Légitimiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1849, député au Corps législatif de 1852 à 1856, né à Paris le 27 février 1806, mort à Meillant (Cher) le 17 octobre 1885, frère de Anne, Victurnien, René, Roger de Rochechouart, marquis de Mortemart (1804-1893), représentant du peuple en 1848, député au Corps législatif de 1852 à 1863, représentant en 1871, Anne, Henri, Victurnien de Rochechouart, marquis de Mortemart fut page de Louis XVIII, entra à l'Ecole militaire de Saint-Cyr, et servit en qualité d'officier aux grenadiers à cheval de la garde royale.

La révolution de 1830 l'écarta des emplois publics.

Elu, le 13 mai 1849, comme conservateur royaliste, représentant de la Seine-Inférieure à l'Assemblée législative, le 10e sur 16, par 88,222 voix (146 223 votants, 213 301 inscrits), il siégea à droite, appuya la politique de la majorité conservatrice, et se prononça pour l'expédition romaine, pour la loi Falloux-Parieu sur l'enseignement.

Il ne se montra pas hostile au coup d'Etat du 2 décembre 1851, et fut désigné, le 29 février 1852, comme candidat du gouvernement au Corps législatif, dans la 5e circonscription de la Seine-Inférieure, qui l'élut député par 20 498 voix (21 447 votants, 36 583 inscrits).

M. de Mortemart se rallia au rétablissement de l'Empire et vota le plus souvent avec la majorité dynastique, jusqu'en mars 1856, époque à laquelle il donna sa démission de député pour des raisons de santé.

Il fut remplacé, le 6 avril suivant, par M. de la Bédoyère.

On a de lui : Décentralisation administrative (1850).


Retour haut de page