Arnaud Rogé

1776 - 1854

Informations générales
  • Né le 19 novembre 1776 à Boisse (Dordogne - France)
  • Décédé le 23 mai 1854 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Sarthe
Groupe
Bonapartiste
Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
Ire législature
Mandat
Du 29 février 1852 au 23 mai 1854
Département
Sarthe
Groupe
Majorité dynastique

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1849, député au Corps législatif de 1852 à 1854, né à Boisse (Dordogne) le 19 novembre 1776, mort à Paris le 23 mai 1854, il s'engagea volontairement au 8e régiment de chasseurs à cheval le 13 frimaire an VII.

Brigadier le 1er messidor an VIII, fourrier le 11 fructidor suivant, maréchal-des-logis-chef le 14 fructidor an X, adjudant le 23 frimaire an XII, il fit campagne aux armées du Rhin, du Danube, de l'Helvétie, de Hollande, à la grande armée (1805-1806), et fut blessé d'un coup de lance à la bataille de Zurich. Promu sous-lieutenant en 1807, lieutenant en 1809, il se battit dans plusieurs engagements, suivit le général de Grouchy (1812) dans la campagne de Russie, et fut décoré de la Légion d'honneur le 9 octobre de cette année. Il prit part ensuite à la guerre de Saxe, fut promu chef d'escadron le 31 janvier 1814, se distingua dans la campagne de France, et fut fait colonel sur le champ de bataille de Vauchamps (14 février).

Officier de la Légion d'honneur (17 janvier 1815), colonel du 1er régiment des carabiniers, le 19 mai suivant, il se trouva à Waterloo, et fut licencié à la fin de l'année avec le traitement de demi-solde ; mais une décision de novembre 1825 le remit en activité, comme commandant du dépôt de Saint-Lô.

Commandeur de la Légion d'honneur, il fut promu, par le gouvernement de juillet, maréchal de camp le 5 janvier 1832, commanda les départements du Gers et de la Sarthe, et fut admis dans la réserve le 15 août 1839.

Le général Rogé se fixa à Sainte-Croix-lès-le-Mans, devint maire de cette commune et conseiller général de la Sarthe, puis se fit élire, le 13 mai 1849, représentant de ce département à l'Assemblée législative, le 8e sur 10, par 53,549 voix (103,029 votants, 135,640 inscrits). Il était président du comité central napoléonien.

Il soutint vivement, à l'Assemblée, les intérêts de la politique de l'Elysée, applaudit au coup d'Etat du 2 décembre, et, avec l'appui du gouvernement, fut élu, le 29 février 1852, député de la 1re circonscription de la Sarthe au Corps législatif, par 18,876 voix (26,669 votants, 35,701 inscrits), contre 4,267 à M. de Nicolaï, 1,435 à M. Grimault, et 1,479 à M. Lecornué. Il fut élevé, le 14 août 1852, à la dignité de grand-officier de la Légion d'honneur. Le général Rogé s'associa, comme député, au rétablissement de l'Empire et vota jusqu'à sa mort avec la majorité dynastique.