Statut, missions, carrière

Partager

Contenu de l'article

STATUT

Pour son fonctionnement quotidien et pour l’accomplissement de ses missions, l’Assemblée nationale dispose de personnels permanents, soumis à un statut autonome et recrutés exclusivement par concours. Leur statut est déterminé par le Bureau de l’Assemblée nationale (article 8 de l’ordonnance n° 58-1100 du 17 novembre 1958). L’article 18 du Règlement intérieur précise par ailleurs qu’est « interdite la collaboration de caractère permanent de tout fonctionnaire relevant d’une administration extérieure », ce qui exclut toute forme de détachement.

Les assistants de direction et de gestion de l’Assemblée appartiennent à une catégorie d’emplois comparables à ceux de la catégorie B de la fonction publique de l’État. Ce corps est issu de la fusion des corps de secrétaires des services et de secrétaires administratifs, réforme entrée en vigueur le 1er février 2016.

Dans l’exercice de leurs fonctions, les fonctionnaires de l’Assemblée nationale sont soumis à une obligation de neutralité politique et de discrétion professionnelle pour tout ce qui concerne les faits et informations dont ils ont pu avoir connaissance.

MISSIONS

Les assistants de direction et de gestion peuvent être affectés au sein des services législatifs et administratifs ou auprès des autorités politiques et administratives de l’Assemblée nationale.

Dans leurs fonctions, les assistants de direction et de gestion assurent :

– des tâches de secrétariat : accueil téléphonique (gestion des appels, renseignements, permanences), préparation et organisation de réunions, mise en forme de documents, mise à jour de bases de données, traitement de courriers, gestion d’agendas et des messages pour des personnalités, contribution au fonctionnement logistique d’un service, travaux de documentation, de classement et d’archivage,

– des tâches de gestion administratives plus spécifiques, liées à la réglementation propre au service d’affectation : mise en œuvre de procédures comptables, suivi de marchés publics, suivi et gestion du personnel...

Les missions confiées exigent une très bonne maîtrise des outils de bureautique courants et une bonne capacité à s’adapter aux logiciels et applications propres à un domaine d’activité.

Sont également attendues des qualités de rigueur, de sens de l’organisation ainsi qu’un profond souci du service rendu.

Le régime de travail, variable selon les affectations, requiert toujours une très grande disponibilité. Au sein des services législatifs ou des secrétariats de personnalités notamment, les horaires de travail sont subordonnés au rythme des travaux parlementaires, ce qui peut impliquer l’organisation d’un travail par roulement durant les sessions parlementaires. Une bonne présentation, une aisance relationnelle et le goût du travail en équipe sont enfin des qualités indispensables pour l’exercice de ce métier.

CARRIÈRE

Les assistants de direction et de gestion sont engagés en qualité de stagiaires et peuvent être titularisés après un an passé dans le cadre extraordinaire. Ils bénéficient ensuite d’un avancement d’échelon tous les deux ans et sont inscriptibles pour un avancement de classe après, en moyenne, 13 ans de services effectifs.