Clément, Aimé, Jean Duvernois

1836 - 1879

Informations générales
  • Né le 6 avril 1836 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 8 juillet 1879 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Second Empire - Corps législatif
Législature
IVe législature
Mandat
Du 23 mai 1869 au 4 septembre 1870
Département
Hautes-Alpes
Groupe
Centre droit

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1869 à 1870 et ministre, né à Paris le 6 avril 1836, mort à Paris le 8 juillet 1879, il fit ses études au lycée d'Alger, et collabora à une feuille locale, la Colonisation, que l'autorité militaire supprima à cause de la vivacité de ses polémiques.

M. Duvernois vint alors à Paris, et donna à la Presse de Girardin quelques articles sur l'Algérie. Puis il retourna dans la colonie et fonda l'Algérie nouvelle, avec le concours pécuniaire et sous les auspices du prince Napoléon, ministre de l'Algérie et des colonies. Ce journal ayant été suspendu, puis supprimé, M. C. Duvernois eut à purger une condamnation à trois mois de prison prononcée contre lui pour délits de presse, et collabora ensuite au Temps, au Courrier du Dimanche et à la Liberté, dont il devint le rédacteur en chef, sous la direction de M. de Girardin. Il mena dans ces différents organes les campagnes les plus acerbes, encourut une nouvelle condamnation à deux mois pour un duel qu'il eut (1866) avec M. Francisque Sarcey, et dirigea le Courrier de Paris, organe de l'opposition constitutionnelle à l'Empire, puis l'Epoque, dont M. Dusautoy lui céda (avril 1868) la propriété.

Dans l'intervalle, la lettre impériale du 19 janvier 1867, promettant une extension des libertés publiques, avait rallié au gouvernement le bouillant polémiste, qui fut bientôt chargé, par le cabinet particulier de Napoléon III, de fonder un journal dynastique sous ce titre : le Peuple (février 1869). On attribua même à ce journal la collaboration personnelle de l'Empereur.

Le 24 mai 1869, M. Clément Duvernois fut présenté comme candidat du gouvernement au Corps législatif dans la circonscription unique des Hautes-Alpes, et élu député par 17,506 voix (28,868 votants, 33,851 inscrits), contre 7,454 voix à M. Guiffrey et 3,825 à M. Chaix, ancien représentant. Cette élection fut l'objet des protestations de l'opposition, qui la déclara entachée de faits graves de pression officielle; mais une demande d'enquête fut repoussée par la majorité du Corps législatif.

Le nouvel élu prit place à droite, vota avec le parti dynastique et négocia personnellement la conversion de M. Emile Ollivier à l'empire; il échangea à cet égard une curieuse correspondance avec M. Franceschini Pietri. « Voici ce qu'il faudrait faire, lui écrivait (30 octobre 1869) le secrétaire particulier de l'Empereur : M. Emile Ollivier partirait demain soir lundi par le train de huit neures; il arriverait à dix heures une minute à Compiègne. Je l'attendrai à la gare. Si M. Emile Ollivier a soin, en arrivant à la gare de Paris, de s'entourer la tête d'un cache-nez, il pourra passer inaperçu. » M. Duvernois répondit : « Mon cher monsieur Pietri, Ollivier partira ce soir à huit heures. Il aura la tête enveloppée d'un cache-nez et ne mettra point ses lunettes, ce qui le rend méconnaissable. » « Tout à vous, CLÉMENT DUVERNOIS. »

M. Clément Duvernois pressa les négociations assez laborieuses qui suivirent cette première entrevue, et conçut assez légitimement l'espoir d'en recueillir le prix dans la formation du nouveau ministère qui se préparait. « On pourrait, écrivait M. Emile Ollivier à l'Empereur, le 13 novembre, placer Chasseloup-Laubat à l'Intérieur avec Duvernois, jusqu'au jour où le sous-secrétaire d'Etat deviendrait ministre. » Mais les anciens ministres de l'Empire trouvaient un peu prématurée l'ambition de M. Duvernois, et sa candidature ministérielle perdait chaque jour du terrain. « Je ne demanderais pas mieux, lui écrivait M. Emile Ollivier, le 31 décembre, de vous avoir, vous le savez. L'Empereur le désire, mais il croit que, dans votre intérêt, il vaut mieux différer, de façon que votre avènement fût plus efficace. » Faute de pouvoir le convaincre, on lui offrit pourtant le portefeuille du commerce, mais, devant l'opposition formelle de M. Magne, dont on avait besoin aux finances, il se retira. « Quand vous voudrez faire un cabinet d'action, écrivit-il alors à M. Emile Ollivier, je serai votre homme, sans condition et sans délai; mais je suis trop résolu pour être le membre d'un cabinet mixte, et trop clairvoyant pour être le membre d'un cabinet d'inaction. »

Après avoir été l'artisan de la constitution du ministère Ollivier, les circonstances devaient l'amener, six mois plus tard, à être l'auteur principal de sa chute. A la séance du Corps législatif du 9 août 1870, le ministère avait fait de vains appels à la confiance de l'Assemblée, qui, sur la proposition de M. de Talhouët, et malgré le ministère, s'était retirée dans ses bureaux pour examiner divers projets de lois déposés par le gouvernement. A la reprise de la séance, le président donna lecture d'un ordre du jour présenté par M. Clément Duvernois, et ainsi formulé: « La Chambre, décidée à soutenir un cabinet capable de pourvoir à la défense du pays, passe à l'ordre du jour. » Le cabinet tout entier repoussa cet ordre du jour. L'Assemblée néanmoins l'adopta, et M. Emile Ollivier se retira aussitôt. La Régente, après avoir accepté la démission collective des ministres, chargea le général comte de Palikao de former un nouveau cabinet, où M. Clément Duvernois eut le portefeuille de l'agriculture et du commerce. Il occupa le pouvoir jusqu'au 4 septembre, prit des mesures pour l'approvisionnement de Paris et fit preuve d'une réelle activité.

Après la révolution du 4 septembre, il passa en Angleterre; il en revint au mois de juin 1871, écrivit au journal l'Avenir libéral une lettre où il se rapprochait de la République conservatrice, et fut, sans succès, candidat à l'Assemblée nationale dans le quartier de Belleville, à Paris, lors des élections complémentaires de juillet.

En septembre 1871, il fonda l'Ordre, journal bonapartiste, qu'il quitta en 1872 pour se mettre à la tête d'une Société financière appelée la Banque territoriale d'Espagne. Cette Société, qui avait son siège à Paris, fut mise sous séquestre en avril 1874 ; plusieurs administrateurs furent arrêtés et condamnés à diverses peines : M. Clément Duvernois eut pour sa part deux ans de prison et 100 francs d'amende. Après l'expiration de sa peine, et pendant la période du « Seize-Mai », il adressa, sous le couvert de l'anonyme, quelques articles au Figaro.

M. Clément Duvernois a publié d'assez nombreuses brochures traitant de matières politiques et administratives: l'Algérie, ce qu'elle est, ce qu'elle doit être (1853); La lieutenance de l'Empire (1859); le Couronnement de l'édifice; Liberté démocratique (1860); l'Orléanisme et la Révolution (1861); Histoire de l'intervention française au Mexique (1862-1867); l'Union conservatrice (1872); le Gâchis rose (1873), etc.