Bruno, Philibert Audier-Massillon

1746 - 1822

Informations générales
  • Né le 1er juillet 1746 à Aix-en-provence (Bouches-du-Rhône - France)
  • Décédé le 29 septembre 1822 à Aix-en-provence (Bouches-du-Rhône - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 7 avril 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Aix-en-Provence (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Tiers-Etat

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député à la Constituante de 1789, né à Aix (Bouches-du-Rhône), le 1er juillet 1746, mort à Aix, le 29 septembre 1822, il était lieutenant général de la sénéchaussée d'Aix quand il fut élu, par cette sénéchaussée, député du Tiers-État aux Etats-Généraux, le 7 avril 1789.

Le 30 décembre 1790, il fit rendre par l'Assemblée un décret permettant aux officiers ministériels, dont les offices n'étaient pas encore liquidés, d'employer leurs finances en acquisition de biens nationaux; à la séance du 15 juin 1791, il annonça que son ami, l'abbé Rochon, venait de découvrir le moyen de monnayer le métal des cloches, et demanda qu'il fût expressément enjoint au Comité des monnaies de faire un rapport sur la question.

Elu juge au Tribunal de cassation, le 11 germinal an VIII, nommé membre de la Légion d'honneur le 25 prairial an XII, et chevalier de l'Empire le 3 juin 1808, il adhéra néanmoins, en 1814, à la déchéance de Napoléon, et vota contre l'Acte additionnel aux Constitutions de l'Empire.

Dans le discours qu'il adressa à Louis XVIII, au retour de Gand, il ne manqua pas de revendiquer les bénéfices de sa conduite « courageuse », pendant les Cent-Jours. Il fut mis à la retraite comme conseiller à la Cour royale d'Aix, le 9 juillet 1820.

On lui attribue un ouvrage dont il pouvait en effet traiter le sujet ex professo, intitulé : l'Art de traverser les révolutions.