Laurent, François Rabin

1740 - 1794

Informations générales
  • Né le 1er juillet 1740 à Coron (Charente - France)
  • Décédé le 1er juillet 1794 à Angers (Maine-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 26 mars 1789 au 1er novembre 1789
Baillage
Anjou (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Clergé

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789, né à Coron (Maine-et-Loire) en 1740, mort en 1794 prés d'Angers, il fit ses études à Angers.

Après avoir été reçu docteur en théologie, il fut vicaire de Maulévrier, de novembre 1771 à août 1772, puis curé de Rochefort-sur-Mer, situation qu'il échangea peu après contre celle de curé de la paroisse de Notre-Dame de Cholet.

Partisan de la Révolution, il fut élu, le 26 mars 1789, député du clergé aux Etats-généraux par la sénéchaussée d'Anjou, fut l'un des premiers à demander la réunion des trois ordres, et protesta, le 30 mai, contre une parole de l'évêque de Saintes encourageant les députés de la noblesse « à tenir ferme » contre les demandes du tiers état. Son rôle fut ensuite assez effacé et son nom n'est pas cité au Moniteur.

Des raisons de santé le ramenèrent à Cholet en octobre 1789: il donna sa démission, fut remplacé, le 13 novembre, par Pilastre de la Brardière, prêcha dans son département la résistance contre les décrets de l'Assemblée, et favorisa les premiers soulèvements de la Vendée. Arrêté, sans mandat, en juin 1791, par la garde nationale et relâché peu après, il demanda 20,000 francs de dommages intérêts ; mais, en raison des dénonciations dont il était encore l'objet, il fut de nouveau poursuivi, arrêté et conduit à Nantes en janvier 1793. Il parvint à s'évader du Bouffay, grâce à l'assistance du concierge et du greffier de cette prison, rallia alors l'armée vendéenne, et mourut de la dysenterie dans la ferme de Pellouailles, près d'Angers.