Pierre, Jean Lebreton

1752 - 1829

Informations générales
  • Né le 8 mars 1752 à Rostrenen (Côtes d'Armor - France)
  • Décédé le 21 avril 1829 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 10 octobre 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Vannes - Bretagne (Type : Sénéchaussée)
Groupe
Clergé

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député en 1789, né à Rostrenen (Côtes-du-Nord) le 8 mars 1752, mort à Paris le 17 février 1829, fils d'un bailli de Quimperlé, il fit ses études à Quimper et les termina chez les Bénédictins de Tours, dans la congrégation desquels il entra en 1769.

Professeur de rhétorique à Marmoutiers (1779), professeur de philosophie au Mans en 1780, de théologie et de morale (1782), puis de théologie à Compiègne en 1785, il fut nommé, en 1786, secrétaire-greffier de la commission de réforme de l'Ecole militaire de Beaumont-en-Auge, et fut appelé à la chaire de droit canon de la congrégation à Paris.

Prieur d'Evron (Mayenne) le 1er janvier 1783, prieur de l'abbaye bénédictine de Saint-Sauveur de Redon (septembre suivant), il fut élu, le 18 avril 1789, député suppléant du clergé de la sénéchaussée de Vannes aux Etats généraux. Admis à siéger, le 10 octobre 1789, en remplacement de l'abbé Loaisel démissionnaire, il se montra ardent partisan des réformes, réclama (février 1790) l'indulgence de l'Assemblée en faveur des incendiaires et pillards qui dévastaient les campagnes, fit partie (7 février 1790) du comité ecclésiastique dont il devint le secrétaire, et profita du décret du 13 février qui abolissait les vœux monastiques, pour déclarer par écrit qu'il quittait le cloître.

Il prêta serment à la constitution civile du clergé, et, après la session, fut nommé curé constitutionnel de Loudéac (octobre 1791).

M. René Kerviler, qui a donné une biographie très curieuse de ce député, raconte qu'il inaugura son presbytère en y donnant un bal le jour de la Toussaint. Quelques jours après, il était élu membre du conseil général de la commune de Loudéac, puis, en septembre 1792, président du district.

Le 8 pluviôse an II, il fut appelé aux fonctions d'agent de la fabrication des salpêtres, puis (6 pluviôse an III) à celles de préposé aux triages des titres du district de Quimper. Commis à l'administration centrale du département (vendémiaire an IV), il devint, en ventôse, conservateur des hypothèques à Quimper. Le rétablissement du culte ayant rendu sa situation difficile dans la catholique Bretagne, il obtint, en fructidor an VIII, la place de conservateur de la bibliothèque de la Cour de cassation à Paris. Il en publia le catalogue en 1819, et fit partie de l'Académie celtique et de la Société des Antiquaires de France qui prit la place de cette Académie.

Le Moniteur l'a confondu avec son homonyme, Roch-Pierre-François Lebreton, conventionnel d'Ille-et-Vilaine.

Date de mise à jour: novembre 2018