Jean, Melchior Dabadie de Bernet

1748 - 1820

Informations générales
  • Né le 6 janvier 1748 à Castelnau-Magnoac (Hautes-Pyrénées - France)
  • Décédé le 8 mars 1820 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Révolution
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 27 août 1789 au 30 septembre 1791
Baillage
Quatre Vallées (Type : Pays)
Groupe
Tiers-Etat

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député aux Etats-Généraux de 1789, né à Castelnau-Magnoac (Hautes-Pyrénées), le 6 janvier 1748, mort à Paris, le 8 mars 1820, il suivit la carrière des armes, et sortit de l'Ecole de Mézières en 1769 avec le grade de lieutenant du génie.

Il passa capitaine en 1777, fut envoyé à la Martinique, et, de là, rejoignit le corps d'armée français dans la guerre de l'indépendance américaine; il y gagna la croix de Saint-Louis, et rentra en France en 1782.

Le 9 avril 1789, il fut élu député suppléant du tiers-état aux Etats-Généraux pour le pays des Quatre-Vallées, et fut admis à siéger le 27 août suivant, en remplacement de M. le comte de Ségure, qui n'a pas souhaité siéger. Il fit partie du comité militaire, fut chargé de plusieurs rapports importants, et, après la session, rentra dans le service actif.

Il se distingua à l'armée du Nord (1792), puis à celle de l'Ouest (1793), lors de la prise de Chemillé et du château de Saumur, où il fut fait prisonnier après avoir eu son cheval tué sous lui. Nommé chef de bataillon (16 décembre 1793), il fut chargé des fortifications de Nieuport, passa chef de brigade (février 1796), colonel directeur des fortifications (août 1799), et chef de bureau du personnel du génie au ministère de la guerre (1800).

Membre de la Légion d'honneur (19 frimaire an XII), officier du même ordre (25 prairial), il fut appelé, en 1805, à la direction du génie à l'armée du Nord, et, après avoir fait exécuter les travaux de défense de Thorm, fut promu (8 mars 1807) au grade de général de brigade. Envoyé à l'armée d'Espagne, il fut créé baron de l'Empire le 17 mai 1810, fait prisonnier lors de la capitulation de Baylen, et chargé, après sa mise en liberté, de défendre l'île d'Aix.

En 1814, il se battit sous les murs de Paris, fut nommé à la Restauration chevalier de Saint-Louis, puis commandeur de la Légion d'honneur (23 août 1814), commanda le génie dans le corps d'armée du général Lamarque pendant les Cent-Jours, et fut nommé inspecteur général du génie. Il fut mis à la retraite à la seconde Restauration.

Date de mise à jour: avril 2019