Camille, Henri Guillier de la Tousche

1800 - 1856

Informations générales
  • Né le 4 mai 1800 à Angers (Maine-et-Loire - France)
  • Décédé le 3 septembre 1856 à Angers (Maine-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 23 avril 1848 au 26 mai 1849
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant du peuple en 1848 et en 1849, né à Angers (Maine-et-Loire) le 4 mai 1800, mort à Angers le 3 septembre 1856, fils de « Camille Guillier de la Touche et de Henriette Richard du Vernay », en relations de famille avec La Fayette, il se mêla de bonne heure aux luttes libérales, comme ses camarades de l'Ecole de médecine. Il était interne à Bicêtre, quand on y amena les quatre sergents de la Rochelle. Peut-être aurait-il réussi à les faire évader, s'il n'eût été dénoncé par l'aumônier. Il dut lui-même se cacher dans l'amphithéâtre, où, pour le soustraire aux poursuites dont il était l'objet, un de ses amis le jeta précipitamment dans une bière. Il retourna ensuite dans son pays natal.

Maire d'Angers (28 février 1848), il fut élu représentant de Maine-et-Loire à l'Assemblée constituante (23 avril 1848), le 1er sur 13, par 125,083 voix, siégea à droite, fit partie du comité des finances et vota :

- pour le décret sur les clubs,
- pour les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière,
- contre l'abolition de la peine de mort,
- contre l'impôt progressif,
- contre l'incompatibilité des fonctions,
- contre l'amendement Grévy,
- contre la sanction de la Constitution par le peuple,
- pour l'ensemble de la Constitution,
- pour la proposition Rateau,
- pour l'expédition de Rome.

Favorable à la politique de l'Elysée, il fut réélu à la Législative (13 mai 1849), par 83 633 voix (104 313 votants, 151 062 inscrits).

Il rentra dans la vie privée après le 2 décembre.

Chevalier de la Légion d'honneur (27 avril 1850).

Retour haut de page