Hippolyte, Philibert Passy

1793 - 1880

Informations générales
  • Né le 15 octobre 1793 à Garches (Seine-et-Oise - France)
  • Décédé le 1er juin 1880 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Présidence(s)

Présidence de l'Assemblée nationale
du 16 avril 1839 au 12 mai 1839

Mandat(s)

Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 28 octobre 1830 au 31 mai 1831
Département
Eure
Groupe
Tiers parti
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 5 juillet 1831 au 25 mai 1834
Département
Eure
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 5 décembre 1834
Département
Eure
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 6 décembre 1834 au 18 mars 1836
Département
Eure
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 19 mars 1836 au 3 octobre 1837
Département
Eure
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 novembre 1837 au 2 février 1839
Département
Eure
Groupe
Centre gauche
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 2 mars 1839 au 7 juin 1839
Département
Eure
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 8 juin 1839 au 12 juin 1842
Département
Eure
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 9 juillet 1842 au 16 décembre 1843
Département
Eure
Groupe
Majorité gouvernementale
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Eure
Groupe
Droite

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1830 à 1843, pair de France, ministre, représentant en 1849, né à Garches (Seine-et-Oise) d'une famille originaire de Gisors (Eure), le 15 octobre 1793, mort à Paris le 1er juin 1880, il était fils « du citoyen Louis-François Passy, ancien commis aux exercices de la recette générale de Soissons, âgé de trente-quatre ans environ, et de dame Hélène-Pauline-Jacquette Daure ». Son père, emprisonné par la Terreur, sauvé par le 9 thermidor, fut receveur général du département de la Dyle (Bruxelles) sous le premier empire.

Destiné à l'état militaire, Hippolyte-Philibert entra, en 1809, à l'école de Saumur, devint lieutenant de hussards en 1812, fut nommé chevalier de la Légion d'honneur le 23 décembre 1813, prit part aux dernières campagnes de Napoléon, et donna sa démission après Waterloo. Hostile au gouvernement royal, il partit pour la Louisiane et les Antilles, lut en mer le livre d'Adam Smith : La richesse des nations, et prit goût à l'économie politique. De retour en France, il se retira près de Gisors, s'occupa d'agriculture, et aussi de politique, et collabora aux journaux d'opposition, notamment au National, à sa création.

Le 28 octobre 1830, le grand collège du département de l'Eure, appelé à réélire ses trois députés, élut M. Passy par 201 voix, sur 365 votants et 420 inscrits. Il siégea dans le tiers-parti, fut rapporteur du budget de 1831, et fut successivement réélu, le 5 juillet 1831, dans le 5e collège de l'Eure (Louviers) par 169 voix sur 306 votants et 379 inscrits, contre 83 à M. Germain Petit et 35 à M. Dupont de l'Eure ; et, le 21 juin 1834, par 239 voix sur 304 votants et 419 inscrits, contre 52 à M. de Bois-Guilbert.

Il devint l'économiste du centre gauche, fut encore, en 1832, rapporteur du budget, parla sur les questions financières, et accepta, le 10 novembre 1834, le portefeuille des Finances dans le court ministère Bassano, qui ne dura que quatre jours. Ce passage au pouvoir l'obligea à se représenter devant ses électeurs qui lui renouvelèrent son mandat, le 6 décembre 1834, par 259 voix sur 280 votants et 468 inscrits ; il fut appelé en même temps à la vice-présidence de la Chambre qu'il conserva, sauf pendant ses ministères, jusqu'en 1839.

Ami de Thiers, il défendit avec lui les lois de septembre, et accepta, dans son ministère, le portefeuille du Commerce (22 février 1836) ; à cette occasion, ses électeurs le réélurent, le 19 mars, par 301 voix sur 319 votants.

Il tomba avec le cabinet (25 août), sur la question des affaires d'Espagne, combattit le ministère Molé qui vint après, fut réélu député, le 4 novembre 1837, par 276 voix sur 302 votants et 522 inscrits, et, lors du triomphe de la coalition, reçut du roi (janvier 1839) la mission de constituer un ministère. Il ne put aboutir.

Il fut encore réélu, à Louviers, le 2 mars 1839, par 339 voix sur 439 votants et 546 inscrits. Nommé ministre des Finances dans le cabinet présidé par le maréchal Soult (12 mai 1839), son mandat de député lui fut confirmé, le 8 juin suivant, par 254 voix sur 264 votants. Comme ministre, il proposa à la Chambre (20 février 1840) d'accorder au duc de Nemours une dotation annuelle de 500 000 francs ; l'échec de la proposition entraîna la chute du cabinet (1er mars), et M. Passy reprit sa place de député sur les bancs de la Chambre.

Réélu, le 9 juillet 1842, par 261 voix sur 267 votants, il fut appelé à la pairie le 16 décembre 1843, fut rapporteur de la loi de finances, et nommé commandeur de la Légion d'honneur le 24 avril 1845. Il avait succédé en 1838, comme membre de l'Académie des sciences morales et politiques, à M. de Talleyrand.

Bien que non élu à l'Assemblée constituante, il entra, le 20 décembre 1848, comme ministre des Finances, dans le premier cabinet du prince Louis-Napoléon, présidé par Odilon Barrot ; en cette qualité, il s'opposa à la réduction de l'impôt du sel, proposa, pour équilibrer le budget de 1850, une surtaxe sur les successions et donations, sur les biens de main-morte, un impôt de 1 pour 100 sur le revenu, et le rétablissement de l'impôt des boissons.

Le 13 mai 1849, il fut élu représentant du peuple à l'Assemblée législative, dans deux départements : dans l'Eure, le 1er sur 9, par 57 854 voix sur 93,065 votants et 125 952 inscrits, et dans la Seine, le 9e sur 28, par 117 138 voix, sur 281 140 votants et 378 043 inscrits. Il opta pour l'Eure, et resta dans le cabinet Odilon Barrot, remanié le 2 juin suivant, jusqu'au 31 octobre. Il appuya le gouvernement présidentiel jusqu'au coup d'Etat de décembre exclusivement.

Retiré alors de la vie publique, il se consacra à des travaux économiques. Il était un des fondateurs de la Société d'économie politique (1845).

On a de lui :
- Des systèmes de culture et de leur influence sur l'économie sociale (1853) ;
- Les causes de l'inégalité des richesses (1849) ;
- Les formes de gouvernement.

Il collabora aussi au Journal des Economistes, à la Revue de législation, etc.

Date de mise à jour: novembre 2013


Retour haut de page