Pierre, Charles, François Dupin

1784 - 1873

Informations générales
  • Né le 6 octobre 1784 à Varzy (Nièvre - France)
  • Décédé le 18 janvier 1873 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Tarn
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 12 juillet 1830 au 31 mai 1831
Département
Seine
Groupe
Opposition libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIe législature
Mandat
Du 1er septembre 1831 au 25 mai 1834
Département
Seine
Groupe
Majorité conservatrice
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 juin 1834 au 7 décembre 1834
Département
Seine
Groupe
Majorité conservatrice
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 8 décembre 1834 au 3 octobre 1837
Département
Seine
Groupe
Majorité conservatrice
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 4 juin 1848 au 26 mai 1849
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Droite
Régime politique
Deuxième République
Législature
Assemblée nationale législative
Mandat
Du 13 mai 1849 au 2 décembre 1851
Département
Seine-Inférieure
Groupe
Droite

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 26 janvier 1852 au 4 septembre 1870

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1827 à 1837, ministre, pair de France, représentant en 1848 et en 1849, sénateur du second Empire, né à Varzy (Nièvre) le 6 octobre 1784, mort à Paris le 18 janvier 1873, frère d'André Dupin (1783-1865), président de la Chambre des députés de 1832 à 1839 et de 1849 à 1851, député puis sénateur, Pierre Dupin commença ses études aux écoles centrales du Loiret et de la Seine, fut admis le premier à l'Ecole polytechnique en 1801, et se plaça, dès 1802, par ses recherches, au rang des premiers géomètres, et notamment par la solution complète et neuve d'un problème des plus difficiles et par la découverte des courbes du second degré à foyers réciproques.

Monge et Carnot l'encouragèrent à ses débuts. Admis dans le corps du génie maritime au printemps de 1803, lors de la déclaration de guerre entre la France et l'Angleterre, il concourut successivement aux travaux de la grande flottille de la Manche, à la création du vaste arsenal d'Anvers, où il dirigea 400 ouvriers militaires, aux travaux de Gênes et à ceux des forts de Hollande. En même temps il se perfectionnait dans l'étude des sciences, et créait la théorie de la courbure des surfaces, de leurs indicatrices, de leurs tangentes conjuguées, et appliquait ces découvertes à la stabilité des vaisseaux, à la recherche des directions les plus avantageuses pour les déblais et les remblais, etc.

Bientôt appelé à Toulon pour tenter, après la défaite de Trafalgar, le relèvement de la marine française, il s'embarqua sur la première escadre qui partit de France à destination des îles Ioniennes, et, dès son arrivée à Corfou, il eut le bonheur de rendre à la flotte un service signalé : celui de réparer en cinq jours le vaisseau amiral, qui, battu par une tempête violente, avait perdu ses mâts supérieurs, tandis que les basses vergues étaient brisées. Cette célérité extraordinaire permit à l'escadre française de cingler rapidement vars Toulon et d'échapper à l'ennemi. Resté à Corfou, sur sa demande, Dupin concourut à la fondation de l'Académie Ionienne, en devint secrétaire pour la langue française, et, par ses discours sur l'instruction publique et sur la rénovation du peuple grec, s'efforça de rappeler les Hellènes au sentiment de leur génie et de leur liberté. Il provoqua aussi l'ouverture de cours publics et gratuits, professés par des membres de l'Académie Ionienne, et se chargea lui-même de la chaire de mécanique et de physique. Après quatre ans de séjour dans les Sept-Iles, il passa en Italie pour rentrer en France ; une fièvre épidémique le retint quinze mois en route ; il occupa sa convalescence à rédiger de nombreux mémoires de géométrie, qu'il présenta à l'Institut et qu'il dédia à Monge. En 1813, il repartit pour Toulon, créa dans ce port un Musée maritime et fit restaurer les sculptures navales de Puget.

À Toulon, lors du retour des Bourbons, il fit paraître un écrit dans lequel il réclamait des institutions représentatives et faisait l'éloge de Lanjuinais et de Carnot.

En 1815, immédiatement après la publication de l'Acte additionnel, il reprit la plume pour faire connaître son opinion à ce sujet ; puis, à la nouvelle du désastre de Waterloo, il fit imprimer le programme d'une Pompe funèbre à célébrer en l'honneur des guerriers français morts pour défendre la Patrie. Il terminait ainsi :
« L'Europe nous regarde avec inquiétude au milieu même de nos revers ; car le lion blessé dans sa retraite fait encore pâlir l'avide chasseur. Relevons notre tête au milieu du danger ; bandons la plaie qui saigne encore dans nos cœurs, et revolons aux combats, s'il ne nous est pas donné d'obtenir la paix avec honneur. »
Le programme était signé : « Ch. Dupin, capitaine du génie maritime, correspondant de l'Institut de France ».

Lorsque l'autorité supérieure eut ordonné à toutes les troupes qui devaient défendre Lyon de passer sur la rive gauche de la Loire, Ch. Dupin conduisit le corps qu'il commandait à Vicq-sur-l'Allier. Tout dévoué à Carnot, son protecteur, il protesta contre l'ordonnance qui le proscrivait, offrit de le défendre devant les Chambres, au cas ou elles seraient appelées à le juger, et rédigea une défense préjudicielle, qui d'ailleurs resta inédite, à la prière de Carnot lui-même.

Appelé bientôt à prendre la direction des travaux de l'arsenal de Dunkerque, il partit de là pour l'Angleterre, où il se livra à une enquête approfondie sur les grands arsenaux des flottes britanniques, et recueillit les éléments d'un grand travail (Force militaire de la Grande-Bretagne) qui porta ombrage au gouvernement, à cause des tendances libérales de l'auteur : l'ouvrage fut déféré par le ministre de la marine au conseil des ministres, et censuré. Ch. Dupin, ayant refusé de se soumettre à ces décisions, resta quatre ans en disgrâce. À la fin, le gouvernement se ravisa et le nomma officier de la Légion d'honneur. Il était membre de l'Institut depuis 1818.

De nouveaux voyages en Angleterre avaient achevé de l'éclairer sur les institutions et les travaux publics de nos voisins d'outre-Manche. Ses Mémoires sur la marine et les ponts et chaussées, son Essai historique sur les services et les travaux scientifiques de Gaspard Monge, sa Géométrie appliquée aux arts (1824), ses recherches sur la statistique, qu'il rattacha à des questions d'un intérêt national, son enseignement (1826-1827) au Conservatoire des arts et métiers, mirent le sceau à sa réputation de savant et de vulgarisateur.

Le 17 novembre 1827, il aborda la carrière parlementaire. Elu député dans le 2e arrondissement du Tarn (Castres) par 272 voix sur 504 votants et 638 inscrits, contre 222 à M. de Lastours, député sortant, il prit place dans les rangs des libéraux et débuta à la tribune en justifiant la célèbre épithète de « déplorable » appliquée au ministère déchu, par le tableau des savants, des artistes et des gens de lettres privés de leurs emplois ou de leurs pensions sous ce ministère. Ch. Dupin fit même restituer au géomètre Legendre la pension qu'il avait reçue de Napoléon et qui lui avait été retirée depuis. Après avoir refusé la place de directeur des Arts et Manufactures, le député de Castres, introduisant dans les débats parlementaires l'emploi des résultats statistiques dont il avait fait une étude spéciale, présenta à ses collègues une exposition des effets de la loterie sur les diverses parties de la France. Il intervint aussi fréquemment dans les questions relatives à la marine et aux ponts et chaussées. Pendant la session de 1829, il prononça un discours remarqué sur la composition et l'élection des conseils généraux. Au sujet des lois de finances, il proposa le premier, mais sans succès, une enquête sur le monopole des tabacs ; il parla encore sur les routes et canaux, réclama l'adoption générale du système de Mac-Adam, et eut, à propos de la marine, des luttes fréquentes contre le rapporteur, M. Humann, et contre le ministre : il devint lui-même, en 1830, rapporteur de ce budget. Partisan du blocus d'Alger, il opina pour que la France prît rapidement l'offensive.

Au printemps de 1830, Ch. Dupin fut des 221 qui renversèrent le ministère Polignac ; la Chambre dissoute, il fut violemment combattu par les ultras, et échoua (23 juin 1830) dans l’arrondissement de Castres, où il n'obtint que 258 voix contre M. de Lastours, élu par 333. Mais il rentra à la Chambre comme député du 8e arrondissement de Paris, le 12 juillet 1830, avec 366 voix sur 530 votants, contre 164 voix au baron Leroy, député sortant. Il fut réélu, dans le 10e arrondissement de Paris, le 1er septembre 1831, en remplacement de Mouton de Lobau, qui avait opté pour Lunéville.

Il ne cessa alors de prendre la part la plus active aux délibérations. Commissaire et rapporteur de la loi organique de la garde nationale, rapporteur de la commission des routes et canaux, de la loi sur les céréales, etc., il fut fait par le gouvernement de Louis-Philippe conseiller d'Etat et d'amirauté, et commandeur de la Légion d'honneur : il défendit le budget de 1832 en qualité de commissaire du gouvernement. Depuis lors, nommé cinq fois membre de la commission des finances et quatre fois rapporteur du budget de la marine, il se mêla à toutes les lois sur l'avancement, sur les cadres et sur les pensions des officiers de terre ou de mer. En politique, Charles Dupin se rapprocha de plus en plus des conservateurs, prit la défense du clergé, opina pour le maintien d'un évêché dans chaque département et revendiqua pour la France la participation au cardinalat.

Réélu député, le 21 juin 1834, par 621 voix (936 votants et 1 208 inscrits), il se vit appelé, le 14 novembre de la même année, à faire partie du nouveau cabinet en qualité de ministre de la marine ; mais il ne resta ministre que trois jours, pendant lesquels il trouva le temps d'instituer un prix de six mille francs pour le progrès le plus marquant de l'application de la vapeur à la marine militaire. Après quoi, il reprit la rédaction du rapport général dont il avait été chargé par le jury de l'Exposition de 1834. Son court passage au ministère l'avait obligé de demander à ses électeurs la confirmation de son mandat; il l'obtint le 8 décembre 1834, par 510 voix (862 votants, 1 286 inscrits), contre 179 à M. Février.
Dans la session de 1836 à l'occasion de la discussion de la loi des douanes, il se montra opposé à la liberté commerciale absolue. L'année suivante, il fit rejeter un certain nombre d'amendements au projet de loi qui prescrivait le versement à la caisse des dépôts et consignations des sommes provenant des caisses d'épargne.

Le 3 octobre 1837, Charles Dupin fut élevé à la pairie. Son activité ne se démentit pas dans la Chambre haute, où il se fit remarquer par son rapport sur les monts-de-piété, par son discours sur la législation régissant les transactions commerciales de la métropole et de ses colonies, par sa participation à la discussion du projet de loi sur l'état major de l'armée, par son intervention dans les débats animés auxquels donna lieu la proposition de M. Meunier tendant à modifier l'organisation de la Légion d'honneur, par ses rapports sur le travail des enfants dans les manufactures, sur les crédits extraordinaires de la marine, sur l'Algérie, etc. Il défendit à la tribune le maréchal Bugeaud, que ses adversaires politiques avaient très vivement attaqué. Charles Dupin soutint jusqu'au bout le gouvernement de Juillet. Le 27 avril 1840, il avait été fait grand officier de la Légion d'honneur.

Après la révolution de 1848, une élection partielle le fit entrer (en juin) à l'Assemblée constituante ; trois vacances par suite de démissions ou d'options s'étant produites dans la Seine-Inférieure, Ch. Dupin fut élu, le 3e, représentant de ce département, par 45 071 voix. Il fut des plus ardents parmi les membres de la majorité de droite, avec laquelle il vota constamment, et fit partie, le 23 juin, de la fameuse commission qui proposa la brusque suppression des ateliers nationaux. Lors de la discussion de la Constitution, il se prononça fortement pour l'institution des deux Chambres. En mainte occasion, il fut, contre le socialisme, l'organe des sentiments conservateurs de l'Assemblée : un de ses discours, relatif à la question sociale, fut imprimé à 20 000 exemplaires par les soins de la majorité.

Le département de la Seine-Inférieure le renvoya à la Législative, le 13 mai 1849 ; élu, le 7e sur 16, par 92,702 voix (146,223 votants, 213,301 inscrits), il marcha constamment d'accord avec les monarchistes, appuya l'expédition romaine, la loi sur l'enseignement, la limitation du suffrage universel, et, après s'être tenu quelques jours à l'écart, au lendemain du coup d'Etat de 1851, se rallia pleinement à Louis-Napoléon, qui l'admit au nouveau Sénat, le 26 janvier 1852. M. Charles Dupin fut tour à tour secrétaire, vice-président et président des expositions de l'industrie, et, en 1851, président du jury français envoyé par le ministre du commerce à l'Exposition universelle de Londres.

Au Sénat, il prit la parole dans la plupart des grandes discussions économiques, politiques et religieuses. Un compte rendu qu'il avait adressé à ses anciens électeurs vers 1837, donne une idée de la multiplicité de ses travaux parlementaires : « Il avait soutenu en dix ans la discussion de plus de cent lois ; la Chambre l'avait nommé membre de plus de cinquante commissions et rapporteur de plus de trente. Quant à la liste complète des mémoires, rapports, ouvrages de toute sorte publiés par lui, elle serait beaucoup trop longue pour pouvoir être reproduite ici. »

M. Ch. Dupin était baron depuis 1824.

Il rentra dans la vie privée à la révolution du 4 septembre 1870.

Date de mise à jour: octobre 2015


Retour haut de page