Charles Ferry

1834 - 1909

Informations générales
  • Né le 23 mai 1834 à Saint-dié (Vosges - France)
  • Décédé le 21 juillet 1909 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 21 août 1881 au 14 octobre 1885
Département
Vosges
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 31 mai 1898
Département
Vosges
Groupe
Républicains progressistes
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Vosges
Groupe
Républicains progressistes

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 29 avril 1888 au 3 janvier 1891

Biographies

Député de 1881 à 1885, né à Saint-Dié (Vosges) le 23 mai 1834, il s'occupa de commerce et fut, pendant le siège de Paris, chef de cabinet de Jules Favre.

Préfet de Saône-et-Loire (20 mars 1871), puis commissaire du gouvernement en Corse (octobre suivant), il devint préfet de la Haute-Garonne (11 novembre) et occupa ces fonctions jusqu'au 24 mai 1873.

Il reprit ensuite ses occupations de banque et de commerce et, grâce à l'influence et à la situation politique de son frère, M. Jules Ferry, fut élu député, le 21 août 1881, dans la 2e circonscription d'Epinal, par 6 580 voix sur 8 031 votants et 12 937 inscrits.

M. Charles Ferry eut un rôle parlementaire des plus efracés et se borna à donner une approbation sans réserve à la politique opportuniste.

Membre de l'Union républicaine, il vota notamment pour les crédits de l'expédition du Tonkin, etc.

Le nom de M. Charles Ferry fut plus d'une fois mêlé aux polémiques des journaux de l'opposition, qui accusaient certains membres du gouvernement d'avoir entrepris, sous le couvert de la politique coloniale, des opérations financières.

M. Charles Ferry ne s'est pas représenté aux élections du 4 octobre 1885.


Né le 23 mai 1834 à Saint-Dié (Vosges), mort le 21 juillet 1909 à Paris-8e.

Député des Vosges de 1881 à 1885.

Sénateur des Vosges de 1888 à 1891.

Député des Vosges de 1893 à 1902.

(Voir première partie de la biographie dans ROBERT ET COUGNY, Dictionnaire des Parlementaires, t. II, p. 639.)

Frère de Jules Ferry et père d'Abel Ferry, Charles Ferry comme sénateur des Vosges est, le 17 juillet 1890, rapporteur, au nom de la commission des lois, du projet de tarif douanier tunisien. A cette occasion, Charles Ferry rend hommage « à ce système du protectorat qui a permis de maintenir depuis neuf ans dans ce pays une tranquillité merveilleuse ».

Mais aux élections sénatoriales du 4 janvier 1891, Charles Ferry s'efface devant son frère Jules, qui lui succède comme sénateur des Vosges. Eclipse de courte durée : le 17 mars 1893 meurt Jules Ferry ; le 11 juin, son frère tente vainement de lui succéder au Sénat : il est battu par son homonyme Albert Ferry, par 497 voix contre 142. Mais le 20 août suivant, lors des élections générales législatives, Charles Ferry est élu député de Saint-Dié par 7 743 voix sur 11 939 votants, contre 4 027 au conseiller général, Claudel, au premier tour de scrutin. L'élection est validée par la Chambre le 16 novembre 1893.

Il s'inscrit au groupe des progressistes.

Le 21 février 1894, Charles Ferry vote pour le projet de loi protectionniste sur le blé. La même année il vote pour le projet de loi tendant à réprimer les menées anarchistes.

Le 2 avril 1895, il prononce un discours très caractéristique de ses convictions. L'abbé Lemire ayant déposé une proposition de loi pour faciliter les formalités du mariage, Charles Ferry demande, par un contre-projet, la suppression complète des « sommations respectueuses » et l'appuie de considérations patriotiques sur la dépopulation. Ces convictions sont assez fortes pour le faire apparaître sur ce point comme un « révolutionnaire » dit-il, ce qui ne manque pas de surprendre certains de ses collègues. Il rappelle aussi, à cette occasion, qu'il a « le culte de la Révolution française ». Son projet n'est pas adopté.

Il prend encore la parole sur la fiscalité des successions et sur une proposition de loi tendant à faire élire le Sénat au suffrage universel.

Le 24 février 1898, en conclusion des interpellations sur les débuts de l'affaire Dreyfus, il demande et obtient l'affichage du discours prononcé par le président du conseil Méline sur le thème « il faut que cela cesse ».

Il est réélu confortablement le 8 mai 1898, au premier tour, par 6 933 voix contre 5 169 à Bouvier sur 12 443 votants.

Inscrit au groupe progressiste, il interviendra en séance publique, participant à la plupart des discussions concernant les questions relatives au travail : paiement du salaire des ouvriers, travail des enfants, des filles mineures et des femmes dans l'industrie, conseil des prud'hommes, durée des heures de travail dans les mines, repos hebdomadaire, etc.. Il est élu membre du Conseil supérieur du travail en 1900.

Aux élections générales du 27 avril 1902, il ne recueille que 4 747 voix contre 7 785 à Edmond Gérard, sur 12 843 votants.

Il abandonne dès lors la politique et meurt, le 21 juillet 1909, à Paris, à l'âge de 75 ans.


Retour haut de page