Paul Le Ker

1924 - 2005

Informations générales
  • Né le 29 octobre 1924 à Fougères (Ille-et-Vilaine - France)
  • Décédé le 27 juin 2005 à Fougères (Ille-et-Vilaine - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
VIe législature
Mandat
Du 3 novembre 1980 au 22 mai 1981
Département
Ille-et-Vilaine
Groupe
Rassemblement pour la République

Biographies

Biographie de la Ve République

LE KER Paul, Lucien, Auguste
Né le 29 octobre 1924 à Fougères (Ille-et-Vilaine)
Décédé le 27 juin 2005 à Fougères (Ille-et-Vilaine)

Député d’Ille-et-Vilaine en 1980 et 1981

Paul Le Ker est né le 29 octobre 1924 à Fougères. Son père, commerçant, y dirige la société familiale de droguerie et miroiterie. Ménagère, sa mère s’occupe des quatre enfants de la famille. Passé par l’école primaire privée de Fougères, Paul Le Ker suit des études secondaires au collège privé de Fougères, avant de rejoindre le lycée de Rennes, où il obtient un baccalauréat A philosophie-sciences en 1944. Engagé volontaire pour la durée de la guerre (EVDG) en août-septembre 1944, il participe aux combats pour la Libération de la campagne de France. Il effectue ensuite son service militaire, de décembre 1944 à février 1946. Employé chez son père, il reprend l’entreprise familiale, devenant à partir de 1961 gérant des établissements Le Ker (droguerie, gros et détail, bâtiment, miroiterie). Il se marie avec Huguette Collet, fille d’avoué. Femme au foyer, celle-ci s’occupe de leurs deux enfants, qui deviennent respectivement docteur en médecine et professeur d’anglais dans l’enseignement privé.

De sensibilité gaulliste, il adhère au Rassemblement du peuple français (RPF) en 1947, avant de militer successivement à l’Union pour la nouvelle république (UNR), à l’Union des démocrates pour la Ve République (UD Ve), et à l’Union des démocrates pour la République (UDR), dont les responsables, dans la région de Fougères, sont alors Pierre de Bénouville, député de la 5e circonscription d’Ille-et-Vilaine de 1958 à 1962, et Augustin Beauverger, député de la même circonscription en 1971 et 1972. Actif au sein du comité des fêtes de Fougères ainsi qu’au syndicat d’initiative de Fougères durant quinze ans, Paul Le Ker s’engage en politique en 1967 lors de l’arrivée dans la 5e circonscription de Michel Cointat, candidat aux élections législatives d’Ille-et-Vilaine (cantons d’Antrain, Fougères-Nord, Fougères-Sud, Louvigné-du-Désert, Saint-Aubin-du-Cormier et Saint-Brice-en-Coglès). Michel Cointat est élu député le 12 mars 1967, en battant le député sortant Jean Le Lann, ancien du Centre national des indépendants et paysans (CNIP), passé au Centre démocrate. Au premier tour, le candidat de la Ve République recueille 13 795 voix, contre 13 473 voix pour Jean Le Lann, Centre démocrate, et 6 327 voix pour Pierre de Bénouville, qui se présente sans étiquette. À gauche, le candidat socialiste, Jules Collinot, soutenu à la fois par la Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS) et le Parti socialiste unifié (PSU), obtient 4 136 voix, tandis que le candidat du Parti communiste français (PCF), Jean-Claude Guillerm rassemble 2 875 voix. Dans un second tour extrêmement serré, Michel Cointat l’emporte avec 18 968 voix sur Jean Le Lann 18 332 voix.

Paul Le Ker participe dans la circonscription à la campagne pour les élections législatives de juin 1968. Michel Cointat est nettement réélu, dès le premier tour. Dans le raz-de-marée électoral gaulliste, celui-ci distance largement, avec 21 304 voix, les autres candidats : Jean Le Lann, Progrès et démocratie moderne (PDM), 12 835 voix, Jacques Rolland (PSU), 3 106 voix, et Jean-Claude Guillerm (PCF), 3 036 voix.

Paul Le Ker est élu premier adjoint aux municipales de mars 1971, à Fougères, sur la liste de Michel Cointat, qui exercera son mandat de maire jusqu’en 1983. Ingénieur agronome, directeur général de la production et des marchés au ministère de l'Agriculture (1962-1967), puis ministre de l'Agriculture (1971-1972), le député-maire de Fougères renforce son implantation politique locale. Il choisit Paul Le Ker comme suppléant aux législatives de mars 1973, pour succéder à Augustin Beauverger, décédé en 1972. Sur 42 132 suffrages exprimés, le candidat gaulliste obtient 20 182 voix. Le candidat Réformateur-Centre démocrate, Yves Corvaisier, recueille 10 302 voix. À gauche, ont lieu des reclassements, Jean-Claude Guillerm (PCF) obtenant 4 586 voix, tandis que Jean-Yves Meunier rassemble 6,13 % et François Bourgeon (PSU) recueille 2,8 %. Les autres candidats sont Henri Vasseur (Strollad ar Vro-Parti fédéraliste européen, SAV-PFE), 1 762 voix, Martine Payet, Lutte ouvrière (LO), 824 voix et Jean Audras, Front national, 696 voix. Au second tour, Michel Cointat l’emporte nettement avec 32 631 voix sur Yves Corvaisier, 13 445 voix.

En 1974, Paul Le Ker devient l’un des responsables départementaux du Rassemblement pour la République (RPR) et, en mars 1977, s’affirmant comme un lieutenant fidèle de Michel Cointat, il est de nouveau premier adjoint au maire de Fougères. En mars 1978, sur 46 607 suffrages exprimés, Michel Cointat obtient 22 145 voix au premier tour, face à Jacques Faucheux (PS), 7 544 voix, soit 16,19 %. Les autres candidats sont Yves Corvaisier, Union pour la démocratie française Centre des démocrates sociaux (UDF/CDS), 7 149 voix, Jean-Claude Guillerm, PCF, 4 282 voix, Jean Taillandier, Mouvement des radicaux de gauche (MRG), 3 338 voix, Louis Feuvrier, Mouvement démocrate, 1 305 voix, Jacques Chapoy, LO, 721 voix, et Gilles Ronne, extrême-gauche, 123 voix. Au second tour, sur 45 829 suffrages exprimés, Michel Cointat, avec 29 293 voix, 63,9 % l’emporte sur Jacques Faucheux, 16 536 voix, soit 36,08 %.

Après un intervalle de 8 ans, Michel Cointat retrouve des responsabilités ministérielles, en septembre 1980, comme ministre du Commerce extérieur. À 56 ans, Paul Le Ker, le remplace, le 3 novembre 1980, au Palais-Bourbon pour la fin de la législature. Paul Le Ker est aussi conseiller régional de Bretagne de novembre 1980 à mai 1981. Inscrit au groupe parlementaire RPR, Paul Le Ker siège à la commission de la production et des échanges.

Aux élections législatives de mai 1981, Paul Le Ker est à nouveau suppléant de Michel Cointat, qui retrouve son siège de député de Fougères, dès le premier tour. Sur 41 016 suffrages exprimés, ce dernier obtient 22 444 voix, devançant largement Jacques Faucheux, Parti socialiste, 13 377 voix, et Jean-Claude Guillerm, PCF, 1 995 voix.

Après la défaite municipale de mars 1983 à Fougères face à la liste conduite par le socialiste Jacques Faucheux, Paul Le Ker siège dans l’opposition municipale, avant de se retirer définitivement des affaires politiques locales en 1989. Il décède à Fougères à près de 81 ans.

Figure locale marquante et respectée, dans le sillage de Michel Cointat, Paul Le Ker s’est également révélé actif dans les milieux culturels de Fougères. Son père, photographe, avait installé son atelier place d'Armes (actuelle place Aristide-Briand), réalisant de nombreuses photos de la région de Fougères au XXe siècle. Une collection de 650 photos en noir et blanc, rassemblées à l’initiative de Paul Le Ker, a fait l’objet en 2013, 8 ans après son décès, d’une exposition temporaire, intitulée "Chapeau Monsieur Le Ker".

Retour haut de page