Louis, Félix, Marie, Joseph Bouté

1895 - 1965

Informations générales
  • Né le 25 février 1895 à Paris (Seine - France)
  • Décédé le 10 avril 1965 à Sennecey-le-grand (Saône-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Gouvernement provisoire de la République française
Législature
Ire Assemblée nationale constituante
Mandat
Du 21 octobre 1945 au 10 juin 1946
Département
Seine
Groupe
Mouvement républicain populaire

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 25 février 1895 à Paris (17e)

Décédé le 10 avril 1965 à Sennecey-le-Grand (Saône-et-Loire)

Membre de la première Assemblée nationale Constituante (Seine).

Après ses études, Louis Bouté entre dans les chemins de fer et exerce la profession de cheminot sur l'actuel réseau Sud-Est. Il épouse en 1920 Jeanne Labbé dont il aura un fils.

Aux élections du 21 octobre 1945 pour la première Assemblée nationale Constituante, il figure en troisième position sur la liste présentée par le M.R.P. dans la deuxième circonscription de la Seine. La liste M.R.P., conduite par Robert Lecourt, arrive en tête, avec 133 702 voix sur 443 058 suffrages exprimés, et emporte quatre des dix sièges à pourvoir.

Nommé membre de la Commission des pensions civiles et militaires et des victimes de la guerre et de la répression, et, en tant que cheminot, de celle des moyens de communication et des P.T.T., Louis Bouté est également juré à la Haute cour de justice, et rapporteur au nom du Premier bureau, sur les opérations électorales de l'Aude.

Député actif, Louis Bouté dépose trois rapports, relatifs l'un aux emplois réservés (31 janvier 1946), le deuxième à l'emploi des veuves de guerre dans les administrations publiques (11 avril 1946), et le troisième à l'octroi au ministre des travaux publics et des transports [d'] un contingent exceptionnel de croix de la Légion d'honneur destiné à récompenser les services rendus par le personnel de la S.N.C.F. pendant la Guerre. Il vote la nationalisation du crédit (2 décembre 1945) et des assurances (24 avril 1946) mais rejette la Constitution (19 avril 1946) qui sera d'ailleurs repoussée par référendum.

Lors des élections du 2 juin 1946 pour la seconde Assemblée nationale constituante, Louis Bouté figure à nouveau en troisième position sur la liste du M.R.P. dans la même circonscription (2e secteur de la Seine). Avec 107 796 voix sur 452 255 suffrages exprimés, le M.R.P. n'emporte cependant que deux sièges. Louis Bouté n'est donc pas réélu et abandonne alors la vie politique.


Retour haut de page