Nicole Bricq

1947 - 2017

Informations générales
  • Né le 10 juin 1947 à La rochefoucauld (Charente - France)
  • Décédé le 6 août 2017 à Poitiers (Vienne - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
XIe législature
Mandat
Du 1er juin 1997 au 18 juin 2002
Département
Seine-et-Marne
Groupe
Socialiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er octobre 2004 au 30 septembre 2011
Sénateur
du 1er octobre 2011 au 16 juin 2012
Sénateur
du 3 mai 2014 au 6 août 2017

Biographies

Biographie de la Ve République

BRICQ (Nicole)
Née le 10 juin 1947 à La Rochefoucauld (Charente)
Décédée le 6 août 2017 à Poitiers (Vienne)

Députée de la Seine-et-Marne de 1997 à 2002

Née le 10 juin 1947 à La Rochefoucauld, petit hameau situé au nord-est d’Angoulême et célèbre pour son superbe château Renaissance, Nicole Vayssière s’engage après le baccalauréat dans des études de droit. Elle obtient une licence puis une maitrise de droit privé à l’Université de Bordeaux I en 1970. En juillet 1967, elle se marie et devient Nicole Bricq. Militante socialiste engagée, elle appartient au début des années 1970 au Centre d’études, de recherches et d’éducation socialiste (CERES) de Jean-Pierre Chevènement, Didier Motchane et Alain Gomez. Lors des congrès du PS de la deuxième moitié des années 1970, elle défend les idées très marquées à gauche de ce courant qui prépare « la transition au socialisme » et vante l’autogestion. C’est le cas notamment à Metz en 1979, où Nicole Bricq suit ceux qui s’allient avec François Mitterrand contre la tendance plus réformiste portée par Michel Rocard et Pierre Mauroy. Dès 1977, la jeune militante socialiste intègre la direction de la fédération parisienne du PS, alors contrôlée par le CERES, jusqu’à en devenir responsable, au début des années 1980. Après la victoire de François Mitterrand à la présidentielle de 1981 et la « vague rose » des législatives de juin 1981, Nicole Bricq entre au comité directeur du PS (elle y restera jusqu’en 1993). De 1985 à 1988, elle dirige les ressources humaines du Crédit social des fonctionnaires (CRESERFI). Figure du parti socialiste en région parisienne, elle obtient de figurer sur la liste emmenée par Lionel Jospin pour les élections régionales en 1986. Elue au conseil régional d’Ile-de-France, elle y préside la commission culture. Elle siègera dans l’assemblée régionale jusqu’en mars 1992, date à laquelle, dans le contexte politique alors difficile pour la majorité de gauche au pouvoir, elle choisit de ne pas se représenter.
À partir du milieu des années 1980, lorsque le CERES devient en 1986 « Socialisme et République », Nicole Bricq commence à se recentrer au contact du modéré Lionel Jospin. Moderne, influencée par les idées libérales alors très en vogue, Nicole Bricq aurait souhaité que ses anciens amis actualisent leur programme et système de valeurs. Pour autant, le lien avec Jean-Pierre Chevènement n’est pas encore rompu et, en juin 1988, l’ancien patron du CERES, devenu ministre de la Défense, l’appelle dans son cabinet comme conseillère technique, chargée des relations avec le Parlement et les élus. La conseillère régionale (qui a été battue lors du second tour des législatives de 1988, le 12 juin 1988, par la RPR Nicole Cathala dans la XIe circonscription de Paris), reste dans le cabinet de Jean-Pierre Chevènement deux ans avant de rompre définitivement en avril 1990 avec le ministre, lorsque celui-ci, attaché à une conception très souverainiste de la défense nationale, refuse de cautionner la participation des forces françaises à la Première Guerre du Golfe. Nicole Bricq, qui approuve pour sa part cet engagement, retrouve alors le privé et le CRESERFI, où elle s’occupe des ressources humaines et de la communication. En 1992, la ministre de l’Environnement Ségolène Royal, qui avait repéré son efficacité au Palais-Bourbon, la sollicite pour occuper dans son cabinet le même poste de conseillère pour les relations avec le Parlement. Elle y restera deux ans, jusqu’en avril 1993. Après trois ans passés comme chargée de mission à la direction des collectivités locales de la société Éco-Emballages-SA (1993-1996), Nicole Bricq dirige, dès 1996, le cabinet du président du syndicat d’agglomération nouvelle du Val-Maubuée.

Toujours membre du comité directeur du PS (où cette jospiniste, passée par l’entreprise, plaide désormais pour « une politique de l’offre, la diminution des charges sociales et l’épargne salariale »), elle est investie par son parti lors des législatives de juin 1997 dans la 6e circonscription de la Seine-et-Marne (Meaux-Nord). Son suppléant est le directeur de travaux Jean-Pierre Zellner. Elle remporte de justesse l’élection au second tour avec 21 720 voix, soit 44,1 % des suffrages exprimés, profitant du maintien de la frontiste Marie-Christine Arnautu qui fragilise la candidature du RPR Jean-François Copé (40,7 % des voix). Elle avait réuni 10 339 voix, soit 22,8 % des suffrages exprimés au premier tour. Inscrite au groupe socialiste du Palais-Bourbon, Nicole Bricq rejoint la commission de la production et des échanges dont elle est rapidement vice-présidente. La députée est aussi chargée d’une mission temporaire auprès de Dominique Strauss-Kahn (alors ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie) et de Christian Pierret (secrétaire d’Etat à l’Industrie). Sa mission porte sur la transposition de la directive européenne « gaz » dans le droit français (la directive prévoit l’ouverture du marché intérieur du gaz). En janvier 1998, Nicole Bricq quitte la commission de la production et des échanges pour celle des finances, de l’économie générale et du Plan, au nom de laquelle elle dépose en juin 1998 un rapport d’information sur la fiscalité écologique, suggérant notamment une « réforme fiscale au service de l'environnement » et un renforcement de l'application du principe « pollueur-payeur ». Elle est rapporteure pour avis du budget de l’environnement, de 1997 à 1998. Elle est également rapporteure, en 2001, du projet de loi portant diverses mesures urgentes de réformes à caractère économique et financier.

D’octobre 1997 à mai 1998, la députée de la Seine-et-Marne est également secrétaire de l’Office parlementaire d’évaluation des politiques publiques. Intéressée par le sujet, elle fait partie, dès 1999, de la Mission d’évaluation et de contrôle sur la dépense publique au sein de la commission des finances. Elle siège également (au titre de l’Assemblée nationale) au conseil d’administration de l’Établissement public de financement et de restructuration.
A partir de 1999, elle est membre de la délégation de l’Assemblée nationale aux droits de la femme et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes. Elle présente, à ce titre, en novembre 2000 un rapport d’information sur une proposition de loi relative à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Durant cette législature, Nicole Bricq est membre de la commission d'enquête sur la sûreté des installations industrielles et des centres de recherche et sur la protection des personnes et de l'environnement en cas d'accident industriel majeur, en octobre 2001, et de la commission d'enquête sur la situation dans les prisons françaises, de février à juin 2000. Elle vote en 1998 en faveur du projet de loi d’orientation et d’incitation du 13 juin 1998 relative à la réduction du temps de travail. Elle soutient, en 1999, la proposition de loi relative au pacte civil de solidarité. Elle approuve également cette même année le projet de loi constitutionnelle du 8 juillet 1999 relative à l’égalité entre les femmes et les hommes.

Secrétaire nationale du PS, membre du conseil national du parti, où elle est chargée, de décembre 2000 à décembre 2003, des questions de consommation, Nicole Bricq accumule les revers électoraux à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Elle est battue sous l’étiquette PS lors des cantonales de mars 1998 dans le canton de Meaux-Nord, puis lors des municipales de 2001 à Meaux face au maire RPR sortant Jean-François Coppé (elle siège alors comme conseillère d’opposition PS) et, enfin lors des législatives de juin 2002, où Jean-François Coppé s’impose nettement avec près de 59 % des voix exprimées au second tour. En 2001, Nicole Bricq se rapproche de Dominique Strauss-Kahn et rejoint le courant Socialisme et Démocratie. Cette tendance réformiste rassemble d’anciens rocardiens et jospinistes décidés à soutenir l’action du Premier ministre dans la perspective de la présidentielle de 2002. Elle supervise, de novembre 2001 à avril 2002, l’équipe opérationnelle « courrier » au sein de l’équipe de campagne de Lionel Jospin pour la présidentielle de 2002.

Début juillet 2004, Nicole Bricq entre au cabinet de Jean-Paul Huchon, président socialiste du Conseil régional d’Île-de-France, comme conseillère spéciale chargée de l’économie, de la région, de l’environnement, de l’Agenda 21 et du schéma directeur de la région d’Île-de-France (SDRIF). En septembre 2004, l’ancienne députée se relance politiquement en étant élue sénatrice PS de la Seine-et-Marne. Elle s’inscrit au groupe socialiste du Palais du Luxembourg et rejoint la commission des finances dont elle devient vice-présidente en 2008. Elle est réélue sénatrice socialiste du même département en octobre 2011. Elle reste à la commission des finances et devient la première femme rapporteur général du budget du Sénat. À ce titre, elle présente un rapport contenant un bilan critique de la politique de prélèvements obligatoires pour la période 2007-2012 assorti de pistes et propositions de réforme pour le quinquennat à venir. A partir de 2009, elle s’engage fortement derrière François Hollande. Aussi, lorsque ce dernier est élu président de la République en mai 2012, elle devient, dans la foulée, ministre de l’Environnement au sein du gouvernement Ayrault (où elle s’occupe également des questions d’énergie). Elle fait preuve d’une certaine fermeté face aux intérêts des grandes compagnies pétrolières et minières. En juin 2012, un mois à peine après être entrée en fonction à l’Environnement, elle change de portefeuille ministériel dans le deuxième gouvernement Ayrault et prend celui du Commerce extérieur. Si cette nouvelle attribution est conforme aux compétences économiques de l’intéressée, elle résulte aussi, comme le révèle le quotidien Le Monde, des pressions exercées sur Matignon et l’Elysée par le Medef et les grands groupes pétroliers. Nicole Bricq reste au gouvernement jusqu’au remaniement de mars 2014 qui voit la démission de Jean-Marc Ayrault. N’étant pas appelée dans le nouveau gouvernement formé par Manuel Valls, elle retrouve son siège de sénatrice socialiste en mai 2014.

Nicole Bricq est responsable socialiste pour l'examen au Sénat du projet de loi « croissance et activité », dite loi « Macron », au printemps 2015. C’est l’occasion de se rapprocher du ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique qui bientôt ne fait plus mystère de ses ambitions présidentielles. La sénatrice est l’une des premières parlementaires socialistes à rejoindre le mouvement d’Emmanuel Macron, En Marche !, créé dans la perspective de la campagne du printemps 2017. Elle s’y engage le 6 avril 2016. Elle quittera début 2017 le groupe socialiste pour intégrer le groupe REM au Palais du Luxembourg. Choisie par le parti macroniste pour les sénatoriales de septembre 2017 dans la Seine-et-Marne, elle y renonce, en juillet, après les dissensions suscitées par cette investiture.

Nicole Bricq décède brusquement le 6 août 2017 à Poitiers, à la suite d’une chute d’escalier accidentelle à Rivières, au domicile de son frère Lucien Vayssière, maire de La Rochefoucauld. Le monde politique rend un hommage unanime à cette femme politique à la forte personnalité, spécialiste reconnue des questions économiques, de finances publiques et d’écologie. Le président de la République, Emmanuel Macron, salue « une femme libre, au grand sens de l’État » tandis que son prédécesseur à l’Élysée, François Hollande, évoque une « passionnée », d’abord de l’Etat, ensuite de la politique, engagée très tôt à gauche, qui avait su faire évoluer ses idées à mesure des changements du monde ». Hélène Lipietz, la suppléante EELV de Nicole Bricq, la remplace au Palais du Luxembourg. L’ancienne ministre du commerce extérieur était décorée de l’ordre national du Mérite.