Louis, Victor de Caux de Blaquetot

1775 - 1845

Informations générales
  • Né le 23 mai 1775 à Douai (Nord - France)
  • Décédé le 6 juin 1845 à Saint-germain en laye (Yvelines - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Seconde Restauration - Chambre des députés des départements
Législature
IVe législature
Mandat
Du 17 novembre 1827 au 16 mai 1830
Département
Nord
Groupe
Droite libérale
Régime politique
Monarchie de Juillet - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 23 juin 1830 au 31 mai 1831
Département
Nord
Groupe
Droite libérale

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Député de 1827 à 1831, ministre et pair de France, né à Douai (Nord) le 23 mai 1775, mort à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise) le 6 juin 1845, il descendait de parents lieutenant-généraux du génie depuis trois générations, et était le fils du général Jean-Baptiste Decaux de Blacquetot (1723-1793).

Il suivit aussi la carrière des armes. Elève à l'école du génie de Mézières en 1792, lieutenant du génie en 1793, destitué peu après comme noble, et réintégré avec le grade de capitaine en 1795, chef de bataillon en 1799, il fit campagne à l'armée du Rhin sous les ordres de Moreau, signa avec le comte de Bubna l'armistice de Paffsdorf, passa à l'armée de l'Océan, et remplit en 1806, à l'armée de réserve, les fonctions de chef d'état-major du génie. Chevalier de l'Empire, du 2 juillet 1808, c'est aux excellentes dispositions qu'il avait prises que fut dû l'échec de l'expédition anglaise contre Walcheren, à l'embouchure de l'Escaut (1800). Il fut employé ensuite au ministère de la guerre, nommé, en 1811, maréchal de camp et inspecteur du génie, créé baron de l'Empire le 11 novembre 1813, et fut chargé, en 1814, de négociations importantes avec le duc de Wellington.

A la seconde Restauration, le duc de Richelieu lui confia la répartition des troupes alliées d'occupation sur le territoire ; le général Decaux sut rendre cette occupation moins lourde et moins onéreuse aussi; le gouvernement du roi le nomma conseiller d'état en service ordinaire (1817), en y ajoutant, le 31 janvier 1818, le titre de vicomte, et, le 8 mai 1820, la croix de commandeur de la Légion d'honneur. Le vicomte Decaux quitta les bureaux de la guerre en 1821, et remplit, en mars 1823, l'intérim de la direction du personnel.

Le 17 novembre 1827, il fut élu député du 5e arrondissement électoral du Nord, par 110 voix sur 153 votants et 186 inscrits, contre 38 à M. Royer-Collard; il siégea parmi les libéraux dévoués à la monarchie, et dut à sa haute réputation d'intégrité d'être appelé au ministère de la guerre dans le cabinet Martignac (4 janvier 1828 - 7 août 1829). Il avait été promu grand officier de la Légion d'honneur, le 8 novembre 1827, et, à sa sortie du ministère, il reçut le titre de ministre d'Etat (8 août 1829).

Il fut réélu comme député, le 23 juin 1830, par 108 voix sur 197 votants et 215 inscrits, contre 87 voix à M. le baron de l'Epine, fut admis à la retraite comme lieutenant-général le 10 septembre 1831, et nommé pair de France le 11 octobre 1832. Il siégea à la Chambre haute dans la majorité ministérielle.

Le vicomte Decaux était grand-croix de Saint-Louis, grand-croix de Charles III et de Saint-Ferdinand d'Espagne, de Sainte-Anne de Russie, commandeur des Guelfes (Hanovre), de Saint-Léopold (Autriche) et de Saint-Henri (Saxe).


Retour haut de page