John, Alexander, Edgar Dumas de Champvallier

1826 - 1890

Informations générales
  • Né le 19 avril 1826 à Saint-pierre (Martinique - France)
  • Décédé le 1er mars 1890 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 8 février 1871 au 7 mars 1876
Département
Charente
Groupe
Centre droit
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IVe législature
Mandat
Du 4 octobre 1885 au 14 octobre 1889
Département
Charente
Groupe
Union des Droites
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ve législature
Mandat
Du 22 septembre 1889 au 1er mars 1890
Département
Charente
Groupe
Union des Droites

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant à l'Assemblée nationale de 1871, et député de 1885 à 1889, né à Saint-Pierre (Martinique), le 19 avril 1826, mort à Paris le 1er mars 1890, d'une ancienne famille de l'Angoumois, il était petit-fils du député de la Charente à l'Assemblée législative de 1791, et fils d'un ancien garde du corps de Louis XVIII envoyé procureur du roi à la Martinique (1824-1830).

Il vint en France, avec son père, en 1831, fit ses études à Paris, et habita son château de Beauregard, près Ruffec, où il s'occupa d'agriculture.

Conseiller général de la Charente en 1864 (il fut réélu à ce conseil le 8 octobre 1871), pour le canton de Champvallier il se porta candidat à l'Assemblée nationale de 1871, et fut élu, le 8 février, représentant de la Charente, le 4e sur 7, par 48 462 voix, 70 607 votants et 114 376 inscrits. Il siégea au centre droit, et vota :

- pour la paix,
- pour l'abrogation des lois d'exil,
- pour la pétition des évêques,
- pour le pouvoir constituant de l'Assemblée,
- contre le service militaire de trois ans,
- pour la démission de Thiers,
- pour le septennat,
- pour le ministère de Broglie,
- contre les lois constitutionnelles.

Candidat aux élections du 20 février 1876, il échoua au premier tour, et se retira, avant le scrutin de ballottage, devant le candidat bonapartiste, M. Ch. Fournier.

Il ne se représenta que le 4 octobre 1885, et fut élu, le 5e sur 6 de la liste conservatrice, par 47 842 voix sur 88 972 votants et 112 037 inscrits. Il reprit sa place à droite, et vota contre les ministères républicains qui se succédèrent au pouvoir ; dans la dernière session, il s'est prononcé :

- contre le rétablissement du scrutin uninominal (11 février 1889),
- pour l'ajournement indéfini de la révision de la constitution,
- contre les poursuites contre trois députés membres de la Ligne des patriotes,
- contre le projet de loi Lisbonne restrictif de la liberté de la presse,
- contre les poursuites contre le général Boulanger.

M. de Champvallier a publié quelques brochures d'intérêt local sur la pénalité et l'assistance publique dans la Charente.

Date de mise à jour: février 2017