Jean-Yves Chapalain

1900 - 1994

Informations générales
  • Né le 10 mars 1900 à Quimper (Finistère - France)
  • Décédé le 7 novembre 1994 à Le mans (Sarthe - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
Ire législature
Mandat
Du 30 novembre 1958 au 9 octobre 1962
Département
Sarthe
Groupe
Union pour la nouvelle République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIe législature
Mandat
Du 25 novembre 1962 au 2 avril 1967
Département
Sarthe
Groupe
Union pour la nouvelle République-UDT
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IIIe législature
Mandat
Du 12 mars 1967 au 30 mai 1968
Département
Sarthe
Groupe
Union démocratique pour la V° République
Régime politique
Cinquième République - Assemblée nationale
Législature
IVe législature
Mandat
Du 30 juin 1968 au 1er avril 1973
Département
Sarthe
Groupe
Non inscrit

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 1er janvier 1948 au 1er janvier 1958

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1940 à 1958 (La documentation française)



Né le 10 mars 1900 à Quimper (Finistère)

Sénateur de la Sarthe de 1948 à 1958

Après des études à l'école primaire supérieure de Douarnenez, et au collège de Morlaix, Jean-Yves Chapalain s'engage pour trois ans dans la Marine, en 1918. Revenu à la vie civile, il est reçu en 1922 au concours des contributions indirectes ; il est affecté successivement dans la Mayenne, dans le Nord, puis, après sa réussite au concours d'inspecteur en juillet 1935, dans la Sarthe.

En 1940, il ne se résigne pas à la défaite de la France, et s'oppose immédiatement à ses effets : ainsi parvient-il à faire libérer quatorze prisonniers de guerre, en juillet, à l'aide de faux documents.

Il contribue à fonder le comité clandestin de libération de la Sarthe en février 1942, et en prend la tête lorsque ses compagnons sont arrêtés par l'occupant, en mars 1944. Lui-même est arrêté le 15 mai 1944, puis déporté à Dachau. Rapatrié le 22 avril 1945, il siège dès le 28 avril au conseil municipal du Mans.

Son courage lui vaut la croix de guerre, et la médaille de la Résistance.

Lors de la fondation du RPF par le général de Gaulle, en avril 1947, il est chargé d'organiser le mouvement dans la Sarthe. En octobre 1947, il remporte les municipales, et devient maire du Mans. Puis, toujours dans la Sarthe, il conduit la liste du RPF aux élections sénatoriales du 8 décembre 1948, liste qui remporte au deuxième tour les trois sièges à pourvoir, lui-même obtenant alors 585 voix sur 1 078 exprimés.

Cette liste remporte à nouveau les trois sièges au deuxième tour en 1952 et 1958 ; Jean-Yves Chapalain recueillant alors respectivement 548 voix sur 1 072 exprimés, et 656 voix sur également 1 072 exprimés.

Membre de la Commission des finances, dont il devient vice-président en octobre 1956, il participe à de nombreuses discussions financières et budgétaires, ainsi qu'aux débats relatifs à la situation des anciens combattants, dont il est le constant défenseur. Il obtient également la discussion de plusieurs de ses questions orales qui illustrent la diversité de ses intérêts : cession d'une filiale de la SNECMA située au Mans, rapports entre les municipalités et les distributeurs de films, relations culturelles entre la France, la Tunisie et le Maroc, emprunts émis par les collectivités territoriales.

Après le retour au pouvoir du général de Gaulle, Jean-Yves Chapalain se présente dans la Sarthe aux législatives de novembre 1958 ; il est alors élu sans difficulté.



Retour haut de page