André, Pierre Cointreau

1888 - 1963

Informations générales
  • Né le 28 mai 1888 à Angers (Maine-et-Loire - France)
  • Décédé le 1er avril 1963 à Feneu (Maine-et-Loire - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Députés du centre républicain
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 26 avril 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Maine-et-Loire
Groupe
Républicains indépendants et d'action sociale

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 28 mai 1888 à Angers (Maine-et-Loire), mort le 1" avril 1963 à Feneu (Maine-et-Loire).

Député de Maine-et-Loire de 1932 à 1942.

Descendant d'une famille de maîtres-boulangers établie à Baugé au XVIIIe siècle, ce furent les fils de Pierre Cointreau, boulanger en 1817, Edouard et Adolphe, qui fondèrent la maison « Cointreau » en 1858, André Cointreau en devint propriétaire à son tour et en fut le gérant principal. Il était en outre président du groupement professionnel des fabricants de liqueurs de France et Conseiller du commerce extérieur, Attiré par la politique, il se fit élire conseiller général du canton de Tiercé (Maine-et-Loire) en 1925, et le resta jusqu'en 1944. Conseiller municipal de Feneu, il fut élu pour la première fois député de la deuxième circonscription d'Angers, aux élections générales législatives des 1er et 8 mai 1932, au deuxième tour de scrutin par 11.014 voix contre 10.254 à M. Boutin-Desvignes, sur 21.579 votants. Inscrit au groupe des députés du centre républicain, il siégea à la Commission de l'aéronautique, à la Commission des boissons, à celle des programmes électoraux et à celle du commerce et de l'industrie. Il déposa plusieurs propositions de loi ou de résolution concernant : la substitution aux indemnités diverses dites « de travaux supplémentaires et exceptionnels » d'un système de primes basé sur les économies budgétaires réalisées au cours de chaque exercice (1932), les allocations d'assistance, d'aide et d'encouragement aux familles nombreuses et aux familles dont les soutiens indispensables sont sous les drapeaux (1933), la modification des droits de douane en ce qui concerne les ardoises (1933), la validation des services auxiliaires des employés des administrations de l'Etat (1936), Il se fit entendre au cours de la discussion du budget des travaux publics de l'exercice 1933 (travaux de la Loire entre Angers et Nantes) (1933), et des interpellations sur la politique agricole du Gouvernement (1936).

Réélu aux élections générales du 26 avril 1936, au premier tour de scrutin, par 12.629 voix contre 6.726 à M, Garnault, 704 à M. Gohier et 442 à M. Baugé, sur 21.075 votants, il s'inscrivit au groupe des républicains indépendants et d'action sociale. Membre de la Commission de la marine militaire et de la Commission des boissons dont il devint secrétaire, il prit part à quelques discussions sur : l'aide à donner aux sinistrés de la catastrophe d'Angers en date du 21 novembre 1936 (1936), le budget de l'agriculture de l'exercice 1938 (travaux de protection contre les inondations dans la vallée de la Loire et le val d'Authion (1937), et demanda à interpeller le Gouvernement sur les mesures qu'il comptait prendre pour soulager les victimes des calamités atmosphériques (1939), Aux Congrès de Vichy, le 10 juillet 1940, il vota, comme la majorité de ses collègues, les pouvoirs constituants demandés par le maréchal Pétain, puis vécut éloigné de la politique jusqu'en 1955 où il se fit réélire conseiller général de son département.

Il mourut le 1er avril 1963 à Feneu (Maine-et-Loire) à l'âge de 75 ans. Officier de la Légion d'honneur, décoré de la Croix de guerre 1914-1918, il était Président du Conseil départemental de la Croix-rouge française.




Né le 28 mai 1888 à Angers (Maine-et-Loire)
Décédé le 1er avril 1963 à Feneu (Maine-et-Loire)

Député du Maine-et-Loire de 1932 à 1942

(Voir première partie de la biographie dans le dictionnaire des parlementaires français 1889-1940, tome III, p. 1096)

Pendant l'Occupation, André Cointreau réside à Feneu.

Après la Libération, le Jury d'honneur confirme l'inéligibilité qui le frappait en raison de son vote du 10 juillet 1940 favorable au projet de loi portant révision constitutionnelle. Dans sa décision du 19 décembre 1945 cette instance note que les « faits allégués par l'ancien député ne constituent pas une participation suffisante à la lutte contre l'ennemi ».

Toutefois sa femme est élue Conseiller municipal de Feneu en 1945 et lui-même retrouve son siège de Conseiller général de Tiercé aux élections cantonales d'avril 1955.



Retour haut de page