Jules Deregnaucourt

1821 - 1876

Informations générales
  • Né le 28 mai 1821 à Roubaix (Nord - France)
  • Décédé le 24 avril 1876 à Roubaix (Nord - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 7 janvier 1872 au 24 février 1872
Département
Nord
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Assemblée Nationale
Législature
Mandat
Du 9 juin 1872 au 7 mars 1876
Département
Nord
Groupe
Union républicaine
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Ire législature
Mandat
Du 20 février 1876 au 24 avril 1876
Département
Nord
Groupe
Union républicaine

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)

Représentant en 1872, député en 1876, né à Roubaix (Nord), le 28 mai 1821, mort à Roubaix le 24 avril 1876, Jules Deregnaucourt était un riche constructeur de machines de Roubaix, ancien maire de la ville et conseiller général du département pour le canton de Roubaix, lorsqu'il se porta candidat à l'Assemblée nationale, lors de l'élection partielle du 7 janvier 1872, qui devait pourvoir au remplacement de MM. Lambrecht, décédé, et Faidherbe, démissionnaire.

Il disait dans sa profession de foi : « J'ai toujours été républicain ; c'est vous dire que je suis convaincu que le gouvernement de la République est le meilleur, et que je ferai tous mes efforts pour le soutenir. »

Les électeurs du Nord nommèrent un conservateur, M. Dupont et un républicain, M. Deregnaucourt, ce dernier par 82 123 voix sur 164 242 votants et 319 652 inscrits.

À la vérification des pouvoirs, l'élection de M. Deregnaucourt fut invalidée pour « immixtion du maire de Cambrai dans la lutte électorale ». Mais les électeurs, convoqués à nouveau le 9 juin 1872, réélurent M. Deregnaucourt par 126 588 voix sur 214 085 votants et 318 246 inscrits, contre 86 738 voix à M. Bergerot.

M. Deregnaucourt prit place au centre gauche, signa le manifeste de la gauche, et vota :
- pour le retour du parlement à Paris,
- pour la dissolution,
- pour l'amendement Wallon,
- pour l'amendement Pascal Duprat,
- pour les lois constitutionnelles,
- contre l'acceptation de la démission de Thiers,
- contre l'arrêté contre les enterrements civils,
- contre le septennat,
- contre le maintien de l'état de siège,
- contre le ministère de Broglie.

Réélu, le 20 février 1876, dans la 3e circonscription de Lille, par 4 854 voix sur 9 557 votants et 11 245 inscrits, contre 4 633 voix à M. Descat, il reprit sa place à gauche, et mourut au début de la session.

Il fut remplacé par M. Screpel.


Retour haut de page