Léon, Alphonse Accambray

1868 - 1934

Informations générales
  • Né le 2 mai 1868 à Ham (Somme - France)
  • Décédé le 13 août 1934 à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Aisne
Groupe
Parti républicain radical et radical socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Aisne
Groupe
Parti radical et radical socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 11 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Aisne
Groupe
Radical et radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 29 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Aisne
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né à Ham (Somme) le 2 mai 1868, mort à Biarritz le 13 août 1934.

Député de l'Aisne de 1914 à 1932, ancien élève de l'Ecole polytechnique, capitaine d'artillerie mis en réserve spéciale sur sa demande en 1913, Léon Accambray a été élu pour la première fois Député de la 2e circonscription de Laon aux élections générales des 26 avril et 10 mai 1914, au 2e tour de scrutin. Inscrit au groupe radical et radical-socialiste, et membre des Commissions de l'armée, des pensions civiles et militaires et des régions libérées, il fit preuve dès le début de son mandat d'une grande activité, prenant part à de nombreuses discussions. La conduite de la guerre fut une de ses principales préoccupations entre 1914 et 1918.

Mobilisé en 1914, il fut promu au grade de commandant d'artillerie. Rappelé à son siège, il intervint à diverses reprises sur la nécessité du contrôle gouvernemental sur le commandement militaire et sur l'utilisation des effectifs (1915, 1916, 1917). Il fut rapporteur de la loi sur les emplois réservés aux anciens combattants réformés ou mutilés (1915), et participa à la discussion du projet de loi tendant à la réparation des dommages causés par faits de guerre (1918).

Conseiller général de l'Aisne depuis 1919 il fut réélu Député de l'Aisne aux élections générales du 16 novembre 1919 sur la liste républicaine pour la reconstitution des pays dévastés. Membre de la Commission de l'armée et de la Commission des régions libérées il prit part à de nombreux débats, notamment sur : les intérêts dus aux sinistrés de la guerre, les avances alimentaires à faire aux sinistrés (1920), le suffrage des femmes et le vote familial (1923) ; il interpella le Gouvernement sur sa politique extérieure (1922).

Réélu aux élections générales du 11 mai 1924 en tête de liste du bloc des gauches, il fut membre de la Commission de l'armée et de la Commission des régions libérées, puis membre de la Commission de l'Algérie et des colonies. Il prit part à la discussion des budgets des régions libérées, de la guerre et des colonies de l'exercice 1925 (1924), à celles relatives à la réduction du temps de service militaire (1926) et au débat concernant l'organisation de la nation pour le temps de guerre (1928) ; il interpella le Gouvernement sur sa politique financière (1926) ; il fut le rapporteur des projets de loi sur la réorganisation de l'armée (1927) et sur la constitution des cadres et des effectifs de l'armée (1928).

Réélu dans la 2e circonscription de Laon aux élections générales des 22 et 29 avril 1928, au 2e tour de scrutin, il s'intéressa particulièrement, au cours de cette législature, à la politique coloniale du Gouvernement (1929), aux périodes des militaires de réserve (1929), et à la Banque de l'Afrique occidentale (1930). Accambray fut, pendant toute sa carrière parlementaire, inscrit au groupe radical et radical socialiste. Malade, il ne se présenta pas aux élections générales de 1932. Il était en villégiature à Biarritz lorsqu'il y mourut le 13 août 1934. Il avait été fait chevalier de la Légion d'honneur le 31 décembre 1912.

Date de mise à jour: juin 2014


Retour haut de page