Eugène François

1842 - 1906

Informations générales
  • Né le 1er juillet 1842 à Bray-sur-somme (Somme - France)
  • Décédé le 10 mars 1906 à Bray-sur-somme (Somme - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIe législature
Mandat
Du 20 août 1893 au 31 mai 1898
Département
Somme
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 8 mai 1898 au 31 mai 1902
Département
Somme

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 1er juillet 1842 à Bray-sur-Somme (Somme), mort le 10 mars 1908 à Bray-sur-Somme.

Député de la Somme de 1893 à 1902.

Propriétaire terrien, brasseur et cultivateur, Eugène François présidait aux destinées de sa commune natale de Bray lorsqu'il fut révoqué de ses fonctions après le 16 mai 1877 ; six mois plus tard il était réélu maire de Bray. En 1885 il entre au Conseil général de la Somme pour y représenter ce canton. Président du Comité des agriculteurs de l'arrondissement de Péronne, directeur du syndicat de la rivière de Somme, administrateur de diverses caisses départementales d'assurance, membre de la station agronomique et de la commission du département, cette forte position locale lui permit d'être, lors des élections du 22 septembre 1889, un adversaire dangereux pour le marquis d'Estourmel, député conservateur dans la 2e circonscription de Péronne, puisque celui-ci fut élu avec 6.589 voix sur 12.967 votants alors qu'il obtenait lui-même 6.137 suffrages. Quatre ans plus tard, au renouvellement du 20 août 1893, il battait très nettement le député sortant en se faisant élire par 7.379 voix sur 13.000 votants contre 5.387 au marquis d'Estourmel.

Le 8 mai 1898, toujours au premier tour, il triomphait facilement avec 6.793 voix sur 12.668 votants de ses deux adversaires, le socialiste Hennequez, 3.705 voix et le conservateur Siomboing, 1.568. Les résultats du recensement de 1900 ayant apporté des modifications à la carte électorale de la France, la seconde circonscription de Péronne fut supprimée et Eugène François ne se représenta pas.

Défenseur de l'agriculture et de l'industrie sucrière, farouchement protectionniste, siégeant dans les rangs des progressistes et membre de plusieurs commissions spéciales, il laissa à son collègue de la 1re circonscription de Péronne le soin de défendre les intérêts de l'arrondissement.

La fin de la huitième législature l'ayant rendu à la vie privée, il reprit la direction de sa brasserie et mourut à Bray-sur-Somme le 10 mars 1908, à l'âge de 66 ans.



Retour haut de page