Jean Mendiondou

1885 - 1961

Informations générales
  • Né le 25 juin 1885 à Oloron-sainte-marie (Basses-Pyrénées - France)
  • Décédé le 26 octobre 1961 à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Basses-Pyrénées
Groupe
Gauche indépendante

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 25 juin 1885 à Oloron-Sainte-Marie (Basses-Pyrénées).

Député des Basses-Pyrénées de 1936 à 1942.

Enfant du Béarn, Jean Mendiondou était avocat mais il ne tarda pas à s'intéresser activement à la vie politique puisque, dès 1909, il était attaché au cabinet de Barthou, ministre de la Justice. Il exerça la même fonction lorsque Barthou fut président du Conseil en 1912 et 1913.

Il fit la guerre au 283e régiment d'infanterie. Deux fois blessé et deux fois cité, il reçut la Croix de guerre et la Médaille militaire. De 1920 à 1922, il fut chef de cabinet de Barthou, devenu ministre de la Guerre.

Elu maire d'Oloron-Sainte-Marie en 1935, il se présenta ensuite aux élections législatives sous la bannière de la gauche indépendante. Il fut élu au second tour par 6.880 voix contre 6.878 à Lillaz, sur 13.939 votants.

Il fut l'auteur de divers rapports sur des problèmes agricoles. Il n'intervint qu'une seule fois en séance publique, en sa qualité de rapporteur, lors de la discussion d'un projet de loi sur le métayage.

Le 10 juillet 1940, il fut l'un des 80 parlementaires à s'opposer au projet de loi donnant les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.




Né le 25 juin 1885 à Oloron-Sainte-Marie (Basses-Pyrénées)
Décédé le 26 octobre 1961 à Biarritz (Basses-Pyrénées)

Député des Basses-Pyrénées de 1936 à 1942

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des parlementaires français, 1889-1940, Tome VII, p. 2428, 2429)

Révoqué de ses fonctions de maire d'Oloron dès le 3 décembre 1940, Léon Mendiondou participe activement à la Résistance : membre du directoire départemental du mouvement « Combat », il organise des réseaux pour le franchissement de la frontière espagnole.

Il retrouvera son fauteuil de premier magistrat municipal en qualité de président de la délégation spéciale instituée à la Libération. Il est nommé peu après à l'Assemblée consultative provisoire, au titre du Parti radical. Il se présentera en vain comme tête de liste du Parti radical aux élections pour la première Assemblée nationale constituante, le 21 octobre 1945, puis en 1946, lors des élections à l'Assemblée nationale et au Conseil de la République.

Plus heureux sur le plan local, bien qu'il échoue aux cantonales de septembre 1945, Léo Mendiondou conserve son mandat de maire cette même année et est réélu en 1947. Mis en minorité deux ans plus tard, il abandonne cette fonction mais continue de siéger au Conseil municipal jusqu'à la consultation de 1953 à laquelle il ne participera pas.

Demeuré fidèle au Parti radical, Léon Mendiondou en préside la section d'Oloron, de 1945 à 1958.


MENDITTE