Edmond Miellet

1880 - 1953

Informations générales
  • Né le 1er novembre 1880 à Montbouton (Territoire-de-Belfort - France)
  • Décédé le 24 janvier 1953 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 30 novembre 1919 au 31 mai 1924
Département
Territoire-de-Belfort
Groupe
Parti radical et radical socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIIe législature
Mandat
Du 25 mai 1924 au 31 mai 1928
Département
Territoire-de-Belfort
Groupe
Radical et radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIVe législature
Mandat
Du 29 avril 1928 au 31 mai 1932
Département
Territoire-de-Belfort
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVe législature
Mandat
Du 8 mai 1932 au 31 mai 1936
Département
Territoire-de-Belfort
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XVIe législature
Mandat
Du 3 mai 1936 au 31 mai 1942 *
Département
Territoire-de-Belfort
Groupe
Républicain radical et radical-socialiste

* : Un décret de juillet 1939 a prorogé jusqu'au 31 mai 1942 le mandat des députés élus en mai 1936

Biographies

Né le 1er novembre 1880 à Montbouton (Territoire de Belfort).

Député du Haut-Rhin de 1919 à 1942. Ministre des Pensions du 18 décembre 1932 au 26 octobre 1933.

Ancien directeur de cours complémentaire, licencié en droit, grand mutilé de guerre, chevalier de la Légion d'honneur et décoré de la Croix. de guerre, Edmond Miellet fut élu député du Haut-Rhin (Territoire de Belfort) aux élections générales législatives de 1919, par 9.080 voix (liste des républicains de gauche) sur 26.103 inscrits.

A la Chambre, il s'intéresse plus particulièrement aux questions agricoles et locales. Il dépose un projet de loi tendant à l'ouverture au ministère de l'Agriculture d'un crédit pour venir en aide aux agriculteurs du territoire de Belfort et intervient notamment en 1921, par voie d'amendement, sur la question de la préfecture de Belfort. Il intervient encore sur le projet de loi relatif aux bouilleurs de cru.

Réélu le 25 mai 1924, au second tour, sur la liste des républicains de gauche, par 10.834 voix sur 24.173 inscrits et 13.467 suffrages exprimés, il siège à la commission de l'agriculture, des pensions et de l'armée. Pendant cette législature, il se signale notamment en déposant un projet de résolution en faveur des sapeurs-pompiers morts au feu. Il dépose également une proposition de loi tendant à l'ouverture d'un crédit de deux millions de francs pour venir en aide aux agriculteurs sinistrés du Territoire de Belfort et rapporte un projet de loi tendant à approuver la cession à la ville de Belfort de terrains provenant de l'enceinte déclassée de la place.

Une nouvelle fois réélu, en 1932, par 6.695 voix sur 14.523 inscrits contre 5.618 à Metzger, son principal adversaire, il déploie une importante activité pendant cette législature.

Dans le domaine sanitaire et social, il prend plusieurs initiatives : proposition de résolution en faveur de la construction d'un village sanitaire sur une propriété appartenant à l'Etat ; proposition de loi tendant à renforcer la répression des crimes et délits commis contre des individus hors d'état de se protéger eux-mêmes en raison de leur état physique et mental. Il dépose également plusieurs propositions de loi tendant à modifier la loi du 31 mars 1919 dans un sens favorables aux grands invalides. En 1930, il prend part à la discussion de textes tendant à modifier et à compléter la loi du 5 avril 1928 sur les assurances sociales.

En matière de logement, il dépose en 1931 une proposition de loi tendant à compléter les lois des 1er avril 1926 et 26 juin 1929 déterminant les rapports entre bailleurs et locataires. Il intervient dans la discussion de la loi de finances, sur la construction d'habitations à bon marché.

Il est ministre des Pensions dans le cabinet Paul-Boncour, du 18 décembre 1932 au 31 janvier 1933 et garde ce portefeuille dans le premier cabinet Daladier, jusqu'au 26 octobre 1933.

En 1936, il est encore réélu, par 5.963 voix contre 5.496 à Metzger, sur 13.628 inscrits. Président de la commission de l'armée, il intervient à plusieurs reprises en cette qualité lors de la discussion du projet de loi sur l'organisation de la nation pour le temps de guerre. En 1938, il présente des observations à la suite de la communication du gouvernement sur les accords de Munich. Il intervient également dans la discussion du projet de loi portant modification de la loi du 31 mars 1928 relative au recrutement de l'armée.

Le 10 juillet 1940, il vote la délégation de pouvoirs au maréchal Pétain.




Né le 1er novembre 1880 à Monbouton (Territoire de Belfort)
Décédé le 24 janvier 1953 à Paris

Député du Haut-Rhin de 1919 à 1942
Ministre des pensions du 18 décembre 1932 au 26 octobre 1933

(Voir première partie de la biographie dans le Dictionnaire des Parlementaires français 1889-1940, Tome VII, pages 2459-2640)

Demeuré à Paris pendant l'occupation, Edmond Miellet amputé d'une jambe à la suite des combats de la première guerre mondiale- ne peut rendre que quelques services à la Résistance.

Après la Libération, il s'occupe de l'établissement thermal de La Preste à Prats-de-Mollo, dans les Pyrénées-Orientales.

Retiré de la vie politique, Edmond Miellet s'éteint dans son appartement parisien, le 24 janvier 1953, à l'âge de 72 ans.



Retour haut de page