Léon Pasqual

1869 - 1927

Informations générales
  • Né le 4 février 1869 à Avesnes-sur-helpe (Nord - France)
  • Décédé le 5 mars 1927 à Paris (Paris - France)

Mandats à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des députés

Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIe législature
Mandat
Du 28 mai 1899 au 31 mai 1902
Département
Nord
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
VIIIe législature
Mandat
Du 27 avril 1902 au 31 mai 1906
Département
Nord
Groupe
Radical-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
IXe législature
Mandat
Du 6 mai 1906 au 31 mai 1910
Département
Nord
Groupe
Gauche radicale-socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
Xe législature
Mandat
Du 8 mai 1910 au 31 mai 1914
Département
Nord
Groupe
Républicains radicaux-socialistes
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIe législature
Mandat
Du 10 mai 1914 au 7 décembre 1919
Département
Nord
Groupe
Parti républicain radical et radical socialiste
Régime politique
Troisième République - Chambre des députés
Législature
XIIe législature
Mandat
Du 16 novembre 1919 au 30 janvier 1924
Département
Nord
Groupe
Parti radical et radical socialiste

Mandats au Sénat ou à la Chambre des pairs

Sénateur
du 6 janvier 1924 au 5 mars 1927

Biographies

Biographie extraite du dictionnaire des parlementaires français de 1889 à 1940 (Jean Jolly)

Né le 4 février 1869 à Avesnes-sur-Helpe (Nord), mort le 5 mars 1927 à Paris.

Député du Nord de 1899 à 1924.
Sénateur du Nord de 1924 à 1927.

Vingt-huit années de vie parlementaire ininterrompue, une fidélité immuable et réciproque entre l'élu et ses électeurs : cette constatation de fait contient en soi l'éloge le plus grand peut-être que l'on puisse faire d'un parlementaire.

Fidèle aussi à la tradition familiale, Léon Pasqual, sitôt terminées ses études au lycée de Douai puis à la Faculté de droit de Paris, s'inscrivit au barreau d'Avesnes, où il exerça à son tour, comme précédemment son père, le rôle envié de bâtonnier.

Sa carrière politique débute en 1896, à 27 ans, comme conseiller municipal d'Avesnes. Trois ans plus tard, il était député de l'arrondissement, remplaçant au Palais Bourbon son cousin, Ernest Guillemin, lui-même avocat et bâtonnier à Avesnes et qui tenait le siège depuis le début de la République, remarquable exemple de dynastie familiale dans le nord de la France.

Au Sénat, Léon Pasqual s'inscrivit d'abord comme républicain puis comme membre de la gauche démocratique. Représentant d'une marche frontière, Léon Pasqual s'intéresse aux questions douanières et militaires, au moins autant qu'aux problèmes de la réforme judiciaire.

En août 1914, il était vice-président de la commission de l'armée. Mais il était ancien officier de réserve. Il partit sur le front, pour y être immédiatement fait prisonnier dans le camp retranché de Maubeuge.

Sitôt retrouvé son banc de député, il consacre tous ses efforts pour faire reconnaître les souffrances de ses anciens camarades de captivité et obtint notamment, par le vote de la loi du 1er juin 1924, que le temps de captivité soit pris en compte dans le calcul des pensions de mutilés.

Il siégea peu au Sénat durant les trois années de son mandat, retenu par une longue et cruelle maladie dont il devait mourir le 5 mars 1927. Il s'éteignit à Paris, à l'âge de 58 ans. Il était chevalier de la Légion d'honneur (27 décembre 1923).

Date de mise à jour: février 2014


Retour haut de page